Asia’s 50 Best Restaurants 2019 : le Français Julien Royer (Odette – Singapour) en tête de liste

Après quatre années à la tête du classement des cinquante meilleurs restaurants d’Asie, le chef Gaggan Anand qui fermera sa table « superstar », située à Bangkok, en 2020 passe le relais à une adresse de Singapour. Le restaurant « Odette » cultive déjà les deux étoiles Michelin sous la houlette d’un cuisinier français, originaire du Cantal : Julien Royer. 

Propriétaire de la 28ème place du classement des cinquante meilleurs restaurants du monde en 2018, Julien Royer est monté sur la plus haute marche du podium à l’annonce ce mardi 26 mars du palmarès réservé au continent asiatique. « Les 50 Best », l’organisation qui publie au fil de l’année les divers palmarès couronnant les meilleures tables de chaque continent, entameraient-ils leur réconciliation avec la France à travers son cru asiatique ? Jamais encore un cuisinier français n’avait eu aussi bonne presse, tous palmarès confondus. Et l’on sait combien le milieu gastronomique tricolore a longtemps émis des doutes sur le bien-fondé du palmarès international qui a pris du temps à honorer les grandes tables hexagonales.

Les deux parties auraient-elles trouvé un terrain d’entente en la personne du jeune trentenaire Julien Royer, aux fourneaux de son restaurant baptisé en hommage à sa grand-mère ? Cet ancien élève de Michel Bras, passé dans les cuisines d’Antonin Bonnet à Londres, a installé ses casseroles au sein de la « National Gallery » de Singapour en novembre 2015. Moins d’un an après l’ouverture, le guide Michelin lui accordait ses deux macarons. Ambassadeur des techniques de la cuisine française, le Cantalien puise ses produits aux quatre coins du monde pour composer des assiettes raffinées n’oubliant pas d’honorer les saveurs du terroir asiatique dans lequel il a fait sa vie. Déjà membre du réseau des Grandes tables du monde, l’ascension est fulgurante pour le chef français qui n’est apparu au sein du palmarès des meilleurs restaurants d’Asie qu’en 2017. 

La présence française est également renforcée par le Perpignanais Paul Pairet qui grappille deux places avec sa table à l’univers multisensoriel « Ultraviolet by Paul Pairet », basée à Shanghai, et se positionne à la sixième place. 

Star du classement asiatique depuis quatre ans, Gaggan Anand est désormais médaille d’argent tandis que l’inclassable Zaiyu Hasegawa (restaurant Den, Tokyo) doit se contenter de la troisième marche du podium. Ce dernier, qui a obtenu le prix « Chef’s Choice Award », continue d’être le meilleur représentant de la cuisine nippone. Son restaurant est d’ailleurs désigné meilleure table du pays du soleil levant. Le Japon impose sa marque au sein du classement, annoncé depuis Macao, avec douze tables au total. Le prix du meilleur chef pâtissier a enfin été remis à un chef travaillant à Tokyo : Fabrizio Fiorani pâtisse pour « Il ristorante Lucas Fantin ».

Le classement complet des 50 meilleurs restaurants d’Asie est disponible à l’adresse www.theworlds50best.com

_

Auteurs – Atabula avec Relaxnews

Sur le même sujetGaggan, encore et toujours numéro un de l’Asia’s 50 Best version 2018. Et toujours contesté !, Asia’s 50 Best : le palmarès 2017 des cinquante meilleurs restaurants d’Asie, Asia’s 50 Best : le restaurant indien Gaggan de Bangkok conserve son titre de meilleur restaurant d’Asie

Photographie – Asia’s 50 Best restaurants

Les derniers articles

Opinion

Décryptage

Business

A boire

Tendances & Média

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page