Chef et alcoolisme : la fin d’un tabou à Montréal

À Montréal, des professionnels de la restauration arrêtent de boire et en parlent ouvertement. Décryptage d’une tendance qui concilie restauration et sobriété.  Plus de shooter avec les collègues à...
À Montréal, des professionnels de la restauration arrêtent de boire et en parlent ouvertement. Décryptage d’une tendance qui concilie restauration et sobriété.  Plus de shooter avec les collègues à la fin du travail. Plus de vin non plus, même quand c’est le millésime de leurs rêves pour accompagner le meilleur des plats. Pareil pour la bière. Ils ne boivent plus une goutte d’alcool, même si elle fait partie de leur quotidien. Depuis peu, des chefs montréalais et autres professionnels de la restauration affichent leur abstinence et mettent en lumière les risques du métier quand on aime un peu trop l’alcool. C’est le cas de David McMillan, chef du restaurant Joe Beef dont le témoignage dans un article du magazine américain […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.