Chef et alcoolisme : la fin d’un tabou à Montréal

À Montréal, des professionnels de la restauration arrêtent de boire et en parlent ouvertement. Décryptage d’une tendance qui concilie restauration et sobriété.  Plus de shooter avec les collègues à...
À Montréal, des professionnels de la restauration arrêtent de boire et en parlent ouvertement. Décryptage d’une tendance qui concilie restauration et sobriété.  Plus de shooter avec les collègues à la fin du travail. Plus de vin non plus, même quand c’est le millésime de leurs rêves pour accompagner le meilleur des plats. Pareil pour la bière. Ils ne boivent plus une goutte d’alcool, même si elle fait partie de leur quotidien. Depuis peu, des chefs montréalais et autres professionnels de la restauration affichent leur abstinence et mettent en lumière les risques du métier quand on aime un peu trop l’alcool. C’est le cas de David McMillan, chef du restaurant Joe Beef dont le témoignage dans un article du magazine américain […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.

« Je trouve que c’est un fruit merveilleux, le cornichon. Vous pouvez faire une petite salade de fèves et d’oignons nouveaux avec une pointe d’estragon pour le côté anisé et une touche de vinaigre de vin blanc; et vous rajoutez les cornichons coupés en aiguillettes avec une huile d’olive. C’est merveilleux. Autre recette : le velouté de cornichon. Vous les coupez en morceaux, vous les faites fondre dans un petit copeau de beurre, vous recouvrez de lait entier puis laissez cuire une poignée de minutes avant de mixer le tout. Vous obtenez alors un velouté de cornichons frais que vous servez avec un pavé de cabillaud ou bien une volaille. »

_________

Alain Passard au micro d’Augustin Trapenard vendredi dernier sur France Inter / Ecouter l’émission

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...