Le Panoramic (Tignes) : sur la piste du hautement gastronomique

À 3032 mètres d’altitude, la table de Jean-Michel Bouvier propose une cuisine totalement inattendue dans un tel spot. L’ivresse des sommets n’a jamais été aussi bonne.

Le Panoramic est un paquebot montagnard à offres multiples. Un snack, un self, un bar et un restauraurant. Le tout bat sous pavillon « Panoramic », c’est un brin confusant, mais qu’importe. L’essentiel est ailleurs, dans cette indéfectible volonté de la famille Bouvier de faire de cet immense chalet posé à 3032 mètres d’altitude, avec le glacier de la Grande Motte à ses pieds, un repère gourmand de haute volée.

Bien évidemment, le Panoramic n’a pas toujours entendu le crépitant des poêles et le bouillonnement des casseroles ; pendant longtemps, ce fut plutôt micro-ondes à fond les ballons. « Avant, c’est simple, il n’y avait rien de frais, que du surgelés ! » rigole Jean-Michel Bouvier qui a racheté l’affaire en 2011 sans trop savoir ce qu’il voulait faire de ce restaurant hors-norme. « On me propose de reprendre le Panoramic, et moi je dis toujours ‘oui oui oui’ quand il y a une affaire à saisir. Sauf que lorsque je suis remonté après la saison estivale, j’ai pris peur devant l’ampleur de la tâche. » La peur n’a duré qu’un temps ; celui des travaux a été bien plus pénible et périlleux. « Depuis sept ans, il n’y a pas eu une année sans rénovation, sans amélioration » assure Jean-Michel Bouvier.

Hiver 2018-2019 : le résultat est saisissant. Les 3 000 m2 du Panoramic ont été scindés en différents espaces : un snack tout simple mais bien sourcé, un self ambitieux avec différents ilots où tout est préparé sur place et un restaurant gastronomique d’une centaine de couverts qui n’a rien à envier à certaines tables étoilées. En entrée à la carte : « chair de tourteaux bretons, gelée de crustacés et citron confit », croustillants de gambas, caramel d’orange aux épices » ou « Pâté en croûte noix de veau, foie gras, pistaches, pickles de légumes » à tomber par terre. En plat, une multitude de propositions cuisinées au feu de bois : du poulet fermier, du turbot sauvage ou de l’épaule de cochon de lait. Du bon, rien que du bon, et du généreux pour skieurs (ou pas) gourmets et gourmands. Quant à la carte des vins, le choix est immense. De quoi avoir le vertige avant de retrouver les pistes.

Sur le même sujetClément Bouvier, le grand homme d’Ursus / Prix de la meilleure décoration de restaurant : Ursus (Tignes)

Pratique – Glacier de la Grande Motte, Tignes (73320) – 0479064721 – Site du Panoramic

Photographie – DR

Les derniers articles

Opinion

Décryptage

Business

A boire

Tendances & Média

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page