Le Panoramic (Tignes) : sur la piste du hautement gastronomique

À 3032 mètres d’altitude, la table de Jean-Michel Bouvier propose une cuisine totalement inattendue dans un tel spot. L’ivresse des sommets n’a jamais été aussi bonne....

À 3032 mètres d’altitude, la table de Jean-Michel Bouvier propose une cuisine totalement inattendue dans un tel spot. L’ivresse des sommets n’a jamais été aussi bonne.

Le Panoramic est un paquebot montagnard à offres multiples. Un snack, un self, un bar et un restauraurant. Le tout bat sous pavillon « Panoramic », c’est un brin confusant, mais qu’importe. L’essentiel est ailleurs, dans cette indéfectible volonté de la famille Bouvier de faire de cet immense chalet posé à 3032 mètres d’altitude, avec le glacier de la Grande Motte à ses pieds, un repère gourmand de haute volée.

Bien évidemment, le Panoramic n’a pas toujours entendu le crépitant des poêles et le bouillonnement des casseroles ; pendant longtemps, ce fut plutôt micro-ondes à fond les ballons. « Avant, c’est simple, il n’y avait rien de frais, que du surgelés ! » rigole Jean-Michel Bouvier qui a racheté l’affaire en 2011 sans trop savoir ce qu’il voulait faire de ce restaurant hors-norme. « On me propose de reprendre le Panoramic, et moi je dis toujours ‘oui oui oui’ quand il y a une affaire à saisir. Sauf que lorsque je suis remonté après la saison estivale, j’ai pris peur devant l’ampleur de la tâche. » La peur n’a duré qu’un temps ; celui des travaux a été bien plus pénible et périlleux. « Depuis sept ans, il n’y a pas eu une année sans rénovation, sans amélioration » assure Jean-Michel Bouvier.

Hiver 2018-2019 : le résultat est saisissant. Les 3 000 m2 du Panoramic ont été scindés en différents espaces : un snack tout simple mais bien sourcé, un self ambitieux avec différents ilots où tout est préparé sur place et un restaurant gastronomique d’une centaine de couverts qui n’a rien à envier à certaines tables étoilées. En entrée à la carte : « chair de tourteaux bretons, gelée de crustacés et citron confit », croustillants de gambas, caramel d’orange aux épices » ou « Pâté en croûte noix de veau, foie gras, pistaches, pickles de légumes » à tomber par terre. En plat, une multitude de propositions cuisinées au feu de bois : du poulet fermier, du turbot sauvage ou de l’épaule de cochon de lait. Du bon, rien que du bon, et du généreux pour skieurs (ou pas) gourmets et gourmands. Quant à la carte des vins, le choix est immense. De quoi avoir le vertige avant de retrouver les pistes.

Sur le même sujetClément Bouvier, le grand homme d’Ursus / Prix de la meilleure décoration de restaurant : Ursus (Tignes)

Pratique – Glacier de la Grande Motte, Tignes (73320) – 0479064721 – Site du Panoramic

Photographie – DR

Les derniers articles

Opinion

Décryptage

Business

A boire

Tendances & Média

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La cheffe Alice Waters juge les choix environnementaux de Donald Trump.

_____

LIRE TOUTES LES CITATIONS DU JOUR

348 dollars… Baskets en croissant / 18 500 bouteilles à Cannes

_____

LIRE TOUTES LES CHIFFRES DU JOUR

  • Regarde-moi, je mange !

    69% des Millenials prennent en photo leur assiette. Cela porte un nom e Corée du Sud : le Mok bang. Cela devient même un métier. ...