« On peut sans problème comparer la culture d’un légume avec l’élevage d’un animal » : entretien avec Sylvain Picard, le jardinier historique de l’Arpège

Originaire de Moncé-en-Belin près du Mans, Sylvain Picard s’occupe depuis 2002 du premier potager d’Alain Passard. Au château du Gros Chesnay (Fillé-sur-Sarthe), il est le chef d’orchestre de près...
Originaire de Moncé-en-Belin près du Mans, Sylvain Picard s’occupe depuis 2002 du premier potager d’Alain Passard. Au château du Gros Chesnay (Fillé-sur-Sarthe), il est le chef d’orchestre de près de quatre hectares de plantations sur lesquelles s’épanouissent les légumes presque sur-mesure qui atterrissent directement dans l’assiette des clients de l’Arpège. Le jardinier revient sur son parcours et le travail d’orfèvre qu’il mène au quotidien avec ses équipes, en lien permanent avec la cuisine. Atabula – Sylvain Picard, comment êtes-vous devenu le jardinier d’Alain Passard ? Sylvain Picard – J’étais responsable d’un jardin pédagogique non loin du Mans depuis 1998 quand quelqu’un lui a parlé de moi. Alain a d’abord laissé un message sur mon répondeur en demandant des renseignements sur […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...