Potager urbain : une fausse bonne idée ?

Sur le toit du Pullman Tour Eiffel ou sur celui de l’école Ferrandi, les potagers urbains occupent une place de choix. À quelques mètres des cuisines, ils permettent aux chefs de s’approvisionner en produits ultrafrais. Mais entre pollution atmosphérique, contaminations des sols et coût lié à la culture, un jardin en ville est-il toujours une bonne idée ?
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page