Pourquoi avoir créé le Paris Coffee Show ? La réponse de David Serruys, président du Comité Français du Café

Directeur d’exploitation associé du torréfacteur Proqua, David Serruys préside le Comité Français du Café qui organise le tout premier Paris Coffee Show du 25 au 27 mai au Parc...

Directeur d’exploitation associé du torréfacteur Proqua, David Serruys préside le Comité Français du Café qui organise le tout premier Paris Coffee Show du 25 au 27 mai au Parc Floral de Paris. Quel est l’objectif de cet événement ?

« Il y a un an et demi, le bureau du Comité Français du Café (qui représente un tiers des torréfacteurs en France) a changé à l’issue de son congrès à Bordeaux. Dans une volonté d’évoluer, nous avons émis l’idée de créer un événement portant notre ADN de torréfacteurs tout en nous ouvrant aux baristas, aux coffee shops et aux importateurs. Notre association comptant une majorité de torréfacteurs traditionnels et de spécialité, nous avons besoin de relais auprès des professionnels. L’objectif est d’attirer des baristas capables de former nos clients du CHR. La torréfaction est en vogue, le marché du café évolue vers le haut. Désormais on parle de terroir et du travail de l’homme. Artisan de l’extraction, le barista commence à être reconnu comme le sommelier du café. Pour le Paris Coffee Show, nous avons créé un scénario avec des halls d’exposition, des animations et des championnats valorisant les différents métiers représentés. Le bon café selon moi, c’est d’abord celui qu’on aime et que nos clients vont apprécier, pas uniquement des marques portées par des effets de mode. En France, il y a un vrai savoir-faire autour du café qu’il faut valoriser. Pour y parvenir, il manquait vraiment un événement de ce type. »

Sur le même sujetConnaissez-vous Olivier Fellous, directeur général de Le Café Alain Ducasse ?, Une start-up lance un café sans café, Peur sur la capsule, Peugeot se lance à l’assaut du slow coffee !

Pratiquecollectifcafe.fr

Photographie – DR

La plateforme Atabula

Les derniers articles

Opinion

Décryptage

Business

A boire

Tendances & Média

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...