Coup de coeur – Palégrié (Corrençon-en-Vercors) : cuisine joyeuse

À Lyon, les clients lui sont tombés dessus comme s’ils venaient de voir le messie en cuisine : Guillaume Monjuré, seul aux fourneaux, envoyait ses petits miracles gustatifs à ses ouailles qui n’en revenaient pas. La presse s’est emparée du sujet : un phénomène était né et le Palégrié s’est transformé en temple du bien-manger festif. Sauf que le chef, et sa femme Chrystel qui oeuvre en salle, sont montés sur le plateau du Vercors, histoire de famille oblige et beau projet à saisir.

À Corrençon-en-Vercors, croquignolet village de 400 âmes, une école, deux classes, quelques résidences secondaires et une route qui se termine définitivement au pied des pistes de ski, il y a l’Hôtel du Golf, tenu par Richard et Sandra, où notre couple de troublions lyonnais avait déjà oeuvré il y a quelques années. L’histoire est trop longue à raconter ici (mais elle sera racontée cet été dans le cadre d’une grande série estivale dédiée au chef Guillaume Monjuré), mais Chrystel et Guillaume ont repris du service. Le Palégrié se reformait à l’ombre des épicéas.

Même esprit, même tonicité, même envie de faire plaisir. Si l’homme n’est plus seul en cuisine – ils sont entre trois et quatre en fonction des services -, la cuisine, elle, n’a rien perdu en émotion. Peut-être moins rock mais toujours instinctive, sensible, jouissive même. C’est une cuisine qui ne prétend rien : elle ne se pare des habits du locavorisme, elle ne se revendique pas bio pour faire croire que c’est forcément bon. Elle ne se veut surtout pas prétentieuse ; ce ne serait pas connaitre le bonhomme… Non, la cuisine se veut juste bonne à manger, fruit d’un parcours bien plus riche qu’on ne le pense : passage au Jamin (Paris) et à Cancale chez Roellinger, consulting avec Jean-Pierre Vigato à Tahiti, expérience à la Villa Madie (Cassis) époque Enrico Bernardo et Jean-Marc Bonzo, passage raté à Courchevel chez Il Vino, reprise en main des cuisines de la Mamounia à Marrakech (avec Vigato en consulting, encore).

Ce que réalise Guillaume Monjuré à Corrençon est tout simplement génial. Car il n’y a que de la vérité à tous les étages : il décline la cuisine qu’il rêve de faire, Chrystel débouche les bouteilles qu’elle aime boire, le personnel sourit naturellement, sans condescendance mal placée ; Sandra et Richard, frère et soeur qui tiennent l’hôtel, sont du même tonneau. Il n’y a pas l’ombre d’un mensonge ici, pas de marketing, pas de mise en scène. La chose est rare, alors autant en profiter : le Palégrié envoie une cuisine hautement addictive et souriante. Joyeuse.

Sur le même sujetDécouvrez toutes nos tables dans la rubrique Atabul’à table

Pratique – Le Palégrié, Hôtel du Golf, Les Ritons, Corrençon-en-Vercors (38) – 0476958484 – Lien vers le site Internet

Photographie – FPR

La plateforme Atabula

Les derniers articles

Opinion

Décryptage

Business

A boire

Tendances & Média

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page