Pourquoi le rosé est-il bien plus qu’un vin d’été ? La réponse de Valérie Guérin (Domaine Les Mille Vignes, Aude)

« J’ai toujours entendu dire qu’il y avait de grands rouges et de grands blancs. Aussi me suis-je demandé pourquoi on ne pourrait pas faire du grand rosé, certes bon sur la jeunesse mais aussi capable de bien évoluer à long terme. Pour y arriver chez moi, j’utilise mes quatre plus belles parcelles de rouge. Je prélève les raisins au moment de leur plus belle maturité biologique et non jeunes, comme cela se fait souvent. L’acidité obtenue est donc naturelle car elle vient vraiment de la terre, sur laquelle mon père (le professeur en viticulture et en œnologie Jacques Guérin, ndlr) et moi n’avons jamais mis ni potasse ni azote. Pour prouver qu’il était possible de faire un grand rosé, je me suis mise en danger. Dans le cas du millésime 2018, je me suis même autorisée à jeter le premier jus qui contient des impuretés. J’ai vraiment gardé le meilleur, le cœur de presse. Forcément, le tirage est limité (1 600 bouteilles produites en 2018). Mais je ne me vois pas faire ce rosé quasiment blanc, aujourd’hui à la mode, dont la couleur est souvent le fruit de produits de laboratoire et d’une régulation artificielle de la température. Moi, l’hiver, je pratique un bâtonnage aussi fin et délicat que sur les grands Bourgogne. Actuellement, il y a un très beau marketing sur les rosés… Tandis que de mon côté, je vends mes bouteilles 30 euros l’unité, certains vins bénéficiant de machines de guerre de com’ s’écoulent à plus de 180 euros. Il faudrait les goûter à l’aveugle pour juger la qualité… De mon point de vue, les rosés ultra-travaillés restent extrêmement rares en France. Il faut donc continuer à creuser du côté du qualitatif, d’autant que cela peut donner lieu à de belles expériences. David Toutain vient de créer un plat autour de la tomate Cœur de bœuf qu’il sert spécialement accompagné de mon rosé. Cette rencontre de la Cœur de bœuf avec le cœur de presse, je trouve que c’est génial. »

Sur le même sujetLe monde flou du vin naturel / Pascaline Lepeltier, sommelière naturellement engagée / Entretien avec Christelle Pineau, « chercheuse » en vin naturel

Pratique – Domaine des Mille Vignes, 24 Avenue San Brancat, 11480 La Palme / lesmillevignes.fr / 04 68 48 57 14

Photographie – DR

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page