L’agriculture africaine s’organise face au riz asiatique

Si traditionnellement, le continent africain s’alimentait en mil et en sorgho cultivés localement, c’est de l’histoire ancienne. La croissance démographique et l’urbanisation galopante ont poussé le continent à céder place au riz. Aujourd’hui, l’Afrique importe près d’un quart du marché mondial. 28% de ces céréales proviennent de Chine (premier producteur, importateur et consommateur mondial) et d’Inde (22%). De nombreux pays tentent de recouvrer leur autosuffisance dont le Mali, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Le Nigéria est le plus velléitaire puisqu’officiellement, il a fermé ses frontières pour privilégier sa production. En réalité des milliers de tonnes de riz asiatique arrivent chaque mois en contrebande depuis le Bénin voisin. L’accession récente du Chinois Qu Dongyu à la tête de la FAO permettra-t-elle d’inverser la tendance ? Rien n’est moins sûr (Les Échos).


Photographie – DR


Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page