Faut-il interdire à un MOF de se présenter à un concours quand il y a des MOF dans le jury ?

Pour éviter les suspicions de favoritisme, d’entre-soi et de protection abusive du titre, ne faudrait-il pas interdire aux MOF de se présenter à un concours dans lequel il y a des MOF dans le jury ? Une proposition certes radicale, mais qui tombe sous le sens.


Davy Tissot a fait éclater une rumeur tenace. Mais il a surtout provoqué, bien malgré lui, un nouveau débat. En se présentant au concours du Bocuse d’Or, et en remportant l’épreuve France, le MOF a fait voler en éclat la légende selon laquelle un titulaire du diplôme « Un des meilleurs ouvriers de France » ne pouvait plus passer de concours. En réalité, aucun texte d’aucune sorte n’interdit la chose. Et tout ce qui n’est pas interdit est… permis. Davy Tissot a donc osé et, on peut le dire, pris un risque. Comme l’expliquait un MOF multi-étoilé il y a peu à l’auteur de ces lignes, s’il avait perdu la compétition, « il s’en serait pris plein la gueule sur les réseaux sociaux et dans le petit monde des chefs. » Tant mieux pour lui donc.

Mais, au final, cette participation victorieuse emporte avec elle son lot de questions. Au Bocuse d’Or, dans les deux jurys qui notent les épreuves, la présence des MOF est importante. Pire, il n’y a que des MOF dans le jury cuisine. Comme nous l’avons expliqué dans un récent article, cette présence croisée de MOF candidat/jury interpelle fortement et ne peut que faire naître une suspicion sur l’objectivité du vote. Là encore, de nombreux chefs et autres personnalités du monde de la restauration ont fait part de leurs doutes. Atabula a donc cherché à savoir si les MOF étaient régulièrement présents dans les jurys des différents concours de cuisine en France. D’où la réalisation d’un benchmark pour en avoir le coeur net. Et le résultat est sans appel : pas un jury de concours sans son ou ses MOF !


En donnant 100 points de plus au MOF Davy Tissot, soit précisément un petit point devant son principal concurrent, la question d’un petit arrangement entre cols tricolores se pose.

Lire notre article > Bocuse d’or France 2019 : les MOF du jury ont-ils vraiment noté objectivement les épreuves ?


Rien de répréhensible à cela bien évidemment. Les MOF représentent l’excellence ; il est donc normal de faire appel à leurs compétences et leurs expériences pour juger des professionnels. Cela tombe sous le bon sens. Mais est-ce pour autant bien raisonnable qu’un ou des MOF jugent un autre MOF ? À l’instar de la franc-maçonnerie – les deux réseaux s’interpénétrant largement -, il y a une solidarité évidente entre ces « ouvriers » et, surtout, la volonté de ne pas dégrader leur titre. Un MOF écartant un MOF, cela ferait désordre et le « meilleur » ne le serait plus, d’un coup d’un seul. Dangereux. D’où cette question évidente : pour conserver l’excellence, pour supprimer tout risque de conflit d’intérêt, ne faudrait-il pas interdire à un MOF de concourir à un concours dans lequel il y a des MOF dans le jury ? Certes, il s’agirait d’une solution radicale, mais n’est-ce pas la conséquence inéluctable de l’excellence ? Au regard de notre benchmark, cela revient à dire qu’un MOF ne pourrait tout simplement plus passer de concours en France. Finalement, la légende selon laquelle un MOF ne pouvait passer d’autres concours avait du bon.


Sur le même sujetJurys des concours culinaires : l’omniprésence des MOF / Bocuse d’or France 2019 : les MOF du jury ont-ils vraiment noté objectivement les épreuves ?


Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page