Grandes Tables du Monde : démissions et crise ouverte

Alors que la crise couvait depuis plusieurs mois au sein des Grandes Tables du Monde (GTDM), que ce soit au niveau des membres et, surtout, au coeur même du Conseil d’administration où deux clans s’opposaient sur la façon de gouverner l’association, la récente publication de l’enquête réalisée par Atabula, intitulée « Magouilles, absolutisme et petits services entre amis : les Grandes Tables du Monde dans la tourmente avant leur congrès annuel” a considérablement accéléré les choses.

Le chef Jean-François Piège, après lecture de l’enquête, a confirmé au Conseil ce qu’il envisageait déjà depuis longtemps : ne pas se représenter et arrêter de s’investir dans une structure dans laquelle il ne se reconnait plus. Le chef du Grand Restaurant (Paris) était le vice-président des GTDM. Et on a appris dans la journée de mercredi que l’autre vice-président, Serge Schaal, avait fait le même choix. Dans un entretien publié par Les Nouvelles Gastronomiques d’Alsace, l’homme ne mâche pas ses mots. Il parle d’ostracisme, d’attaques à caractères discriminatoires et d’importantes pressions. Sont nommément cités dans l’article, et donc visés, le président David Sinapian et le délégué général Nicolas Chatenier. Serge Schaal rappelle également les démissions successives de plusieurs chefs historiques de l’association, comme Michel Troisgros, Patrick Henriroux ou Edouard Loubet.

Outre les deux vices-présidents, il faut noter également le retrait de Caroline Rostang, ce qui porte finalement la liste des candidats à 12. Une liste qui pourrait se réduire à 11, soit le nombre de postes à pourvoir, car une pression importante serait mise sur Maryse Trama. En cause : la vente récente de son établissement et peut-être, aussi, ses points de vue en décalage avec le couple Sinapian-Chatenier.

Aujourd’hui, la crise éclate au grand jour et le Congrès qui se déroulera en début de semaine prochaine à Saint-Jean-Cap-Ferrat s’annonce explosif. Les récentes opérations de communication – petite conférence de presse mercredi matin pour essayer d’expliquer la situation – arrive bien trop tard, et, surtout, elle semble ridicule et anecdotique au regard de la situation : le feu brûle aux Grandes Tables du Monde. David Sinapian et Nicolas Chatenier, pompiers volontaires ou pyromanes consciencieux ?


Sur le même sujetMagouilles, absolutisme et petits services entre amis : les Grandes Tables du Monde dans la tourmente avant leur congrès annuel


Photographie – Instagram GTDM


Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page