Interactions entre musique et dégustation, Krug organise ses « échappées »
Advertisement

Interactions entre musique et dégustation, Krug organise ses « échappées »

Du 24 au 26 octobre, la maison de champagne Krug investit les Studios Ferber et propose une expérience sensorielle entre musique et gastronomie, témoignant de l’interaction des différents sens sur la perception de la gastronomie et du vin.


« Les liaisons commencent dans le champagne et finissent dans la camomille » écrivait Valéry Larbaud dans son « Journal de A.O Barnabooth ». Il existe pourtant un mariage qui s’emploie à démentir cette affirmation : celui entre la musique et Krug. Pour la deuxième année consécutive, la maison rémoise propose ses « échappées » et installe un studio culinaire au cœur de Paris, au sein des Studios Ferber. Crée en 1973, ce lieu chargé d’histoire accompagne, depuis lors, les évolutions musicales et constitue une référence pour l’enregistrement et le mixage de disques et musiques de films. Qu’on en juge : du rock sophistiqué « seventies » de Christophe (« Les Paradis Perdus », « Les Mots Bleus »), au punk (Stinky Toys, Edith Nylon), post-punk (« Les Visiteurs du Soir » de Mathématiques Modernes), puis la pop new wave (Lio, « Amoureux Solitaires »), jusqu’à l’ « Abattoir Blues » de Nick Cave, période parisienne, tous sont passés par ses murs.

La littérature témoignait déjà de ce pressentiment d’une interaction entre les sens et la mémoire, entre un son ou un parfum et les émotions ; que cela soit le chant de la grive chez Chateaubriand, la fameuse madeleine de Proust ou encore Baudelaire et son poème Correspondances : « Comme de longs échos qui de loin se confondent […] Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. ». Depuis, la science semble avoir confirmé cette intuition avec des recherches menées par Charles Spence du Laboratoire de recherche intermodale de l’université d’Oxford. Selon lui, la musique a un impact direct sur la perception des arômes et des saveurs et un contexte musical idoine peut enrichir le goût d’un aliment ou d’un vin. A titre d’exemple, dans une récente interview accordée à Whisky Magazine, l’influenceur Serge Valentin, dont les notes de dégustation font depuis longtemps autorité, confiait ne jamais écouter de musique pendant l’exercice de la dégustation, afin de se trouver dans un environnement aussi neutre que possible et ne pas subir son influence.

La table des Échappées de Krug

Cependant, le chercheur d’Oxford va plus loin avec le concept de « Sonic Seasoning » et affirme que les timbres d’un instrument et les sonorités influencent la perception des saveurs. Ainsi, les notes graves s’accordent-elles à l’amertume, alors que les notes aigües révèlent plus la sucrosité. Dès lors, en fonction de l’accompagnement musical choisi, l’attention se porte davantage sur certains types de saveurs, qui sont alors perçues de manière plus prononcée.
C’est pourquoi, la maison Krug a entrepris de travailler avec l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) pour mieux comprendre les interactions entre l’ouïe, l’odorat et le goût, et comment accorder les notes de musique et la dégustation. Après 18 mois de travail, les œnologues et les chercheurs de l’Institut ont développé des sons pour illustrer les vins récoltés dans chaque parcelle.

Les résultat de ces recherches connaîtront leur aboutissement concret lors de trois soirées, qui seront rythmées en deux temps : un dîner sur mesure orchestré par Julien Lefebvre, chef étoilé au Château Cordeillan-Bages et une dégustation musicale inédite, en accord avec Krug Grande Cuvée 167eme Edition.
Pour parvenir à créer cette dernière, Eric Lebel, le chef de caves, dispose de 250 vins de l’année, 150 vins de réserve issus de 14 années différentes et près de 4 000 notes de dégustation. C’est ce véritable art de l’assemblage, ce « sens prométhéen de l’homme qui cherche à dominer et à modifier la nature » comme l’explique Jean-Paul Kauffmann dans son livre « Voyage en Champagne », qui s’apparente au rôle de chef d’orchestre s’employant à ce que chaque instrument évolue en harmonie dans un même ensemble.


Sur le même sujet“Dans le design culinaire, le goût est tout aussi important que le visuel, c’est un medium à part entière qui n’est pas à négliger ! ” Entretien avec Julie Rothhahn, designer culinaire


Pratique – Les Echapées Krug, du 24 au 26 octobre 2019 – Studios Ferber, 6 rue Pierre Mouillard, Paris (20e) – Informations et réservations sur www.krug.com/fr

Haut de page