Qui est Enrico Bartolini, le nouveau chef trois étoiles italien ?
Advertisement

Qui est Enrico Bartolini, le nouveau chef trois étoiles italien ?

Présentation du nouveau grand nom de la gastronomie italienne, dont les tables comptabilisent aujourd’hui pas moins de huit étoiles au guide Michelin.


C’est notamment à Paris auprès du fantasque Paolo Petrini, Toscan tout comme lui, qu’Enrico Bartolini a fait ses premières armes culinaires. Après un passage au côté de Mark Page à Londres, il a ensuite repris le chemin de l’Italie. Etoilé à 29 ans, doublement étoilé à 33 ans, le tout juste quadragénaire s’est ensuite lancé dans l’aventure entrepreneuriale. Un choix on ne peut plus fructueux puisque le néo triple étoilé italien signe aujourd’hui la carte de six restaurants dans la Botte et neuf à l’étranger, précisément à Abu Dhabi, Dubaï et Hong Kong. S’il se contente d’une belle cuisine italienne dans ces trois pays, Enrico Bartolini joue une partition plus ambitieuse à domicile. Dans l’édition 2020 du guide Michelin, il a ainsi décroché pas moins de huit étoiles, devenant le chef le plus étoilé d’Italie. Trois au sein du musée de la culture de Milan, une à Bergame pour son restaurant Casual Restaurante, une au sein du resort L’Andana situé à Castiglione della Pescaia sur la côte toscane et une au Relais Sant-Uffizio dans le Piémont. Il faut ajouter à cette belle collection les deux étoiles qui éclairent désormais la table Glam, cise dans l’hôtel cinq étoiles Palazzo Venart à Venise. 

Huit étoiles Michelin au compteur, voilà qui vous pose son homme. On en oublierait presque qu’Enrico Bartolini est un cuisinier d’exception. C’est en tout cas ce qui émane du commentaire élogieux de Michelin au sujet de sa table trois étoiles, louant « une apparente sobriété » masquant un « concert de plats où s’expriment de merveilleux produits solistes, des œuvres chorales à plusieurs ingrédients ou des variations sur le même thème, décliné dans plusieurs recettes à l’inventivité débordante ». Bibendum a apprécié, mieux, il s’est léché les doigts. Au sujet la personnalité du chef, apôtre d’une cuisine « classique contemporaine », l’inspecteur a souligné une « sobriété » surmontant un « volcan de passion et d’énergie. » Le quotidien national Corriere della Sera a pour sa part usé des qualificatifs « sévère », « courtois », « traditionnel » et « génial ». Dans l’assiette, cela donne des beignets de langoustines translucides agrémentés d’herbes diverses et surplombés de caviar à Milan. A Venise, son chef exécutif Donato Ascani signe notamment un risotto genièvre, joue d’agneau et chicorée.


Sur le même sujet

Giovanni Passerini, premier du top 50 des restaurants italiens à l’étranger

L’Italie lance un label pour certifier “l’italianité” de ses restaurants à l’étranger

Avec ses pizzas et ses pâtes, la cuisine italienne domine le monde


Photographie – Instagram d’Enrico Bartolini


Pratique – Mudec, Via Tortona, 56, 20144 Milano MI / +39 02 8429 3701 / enricobartolini.net/en/ristorante-mudec-milano

Haut de page