La cervelle n’est pas un abat qui brille par sa popularité ni par un quelconque aspect luxueux contrairement à son comparse ris de veau. Pourtant, de par son historique place sur les cartes de bistrots parisiens, elle continue à se faufiler discrètement dans les assiettes de quelques chefs.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page