Le chef Alexandre Mazzia

Les grandes dates

2009 : Alexandre Mazzia prend la place de chef au Ventre de l’Architecte (Cité Radieuse, Le Corbusier) à Marseille
17 juin 2014 : ouverture d’AM par Alexandre Mazzia
Janvier 2015 : première étoile au guide Michelin quelques mois après l’ouverture
Octobre 2018 : élu cuisinier de l’année par le Gault&Millau
2019 : obtention de la deuxième étoile au guide Michelin


Quelques plats

Algues cristallisées, ornithogale, asperge, poutargue ; miso du chef ; langoustine, carotte fane, voile de manioc ; gambero rosso, condiment gingembre et pamplemousse ; framboise-harissa ; biscotte végétale


Présentation

En 2011, après un diner chez Alexandre Mazzia, qui travaillait alors au Ventre de l’Architecte (Marseille), Atabula avait écrit ça : « Il sait marier avec élégance les palourdes avec des sucs de volaille ou une sardine avec du cochon de lait. A l’instar d’un Alexandre Gauthier dans sa Grenouillère (La Madelaine-sous-Montreuil, Pas-de-Calais), cet autre Alexandre est un mélangeur qui ose bouleverser l’ordre (et l’offre) culinaire plutôt classique de Marseille. » Et, dans le même article, intitulé « L’antithèse méditerranéenne de Gérald Passédat et Alexandre Mazzia », il était également écrit cela : « il offre, derrière des plats plus complexes, riches de multiples aliments et mélanges savoureux, une cuisine où l’émotion s’impose comme une évidence, sans détours intellectuels et d’une rare vivacité. La beauté de l’assiette, la justesse des arrangements et la technique qui précède l’ensemble font que la cuisine d’Alexandre Mazzia s’inscrit totalement en-dehors d’un quelconque territoire et puise uniquement sa grandeur dans l’histoire singulière de son créateur. Alexandre Mazzia affirme un travail d’auteur qui dépasse toute frontière géographique pour ne rechercher que l’émotion immédiate. » Rappelons, c’était en 2011, il y a presque neuf ans.

Depuis, le fada de Marseille a fait ses armes et ses preuves, il a gagné une première et une deuxième étoile, la troisième lui semble déjà promise, et tous ceux qui plongent dans ses assiettes de son restaurant de la rue Rocca ressortent avec ce sentiment si rare d’avoir vécu un voyage gastronomique immobile, un spectacle culinaire totalement maitrisé, une oeuvre d’art comestible déclinée en plusieurs dizaines de tableaux texturés et colorés. Du grand art assurément pour ce chef qui s’est imprégné de ses années africaines comme de ses passages chez de grands chefs. Le brulé, le fumé, le torréfié, l’épicé et tant d’autres puissantes saveurs ponctuent les scènes comestibles délivrées dans ce théâtre de poche, vivant et émouvant. Chef terriblement humain, sensible et visionnaire, il a ouvert la voie au développement d’une gastronomie décomplexée à Marseille en réussissant le pari de puiser dans le terroir et d’en faire jaillir une cuisine hors territoire. Il y a du génie chez ce chef, un génie sans cesse en évolution. Chez lui, il ne cesse de monter en puissance, il renforce ses équipes, il transforme son antre avec un goût certain, il creuse toujours plus profond le sillon de la création. Aujourd’hui, Alexandre Mazzia se positionne comme le grand penseur de l’audace culinaire en France. Un chef inspirant ? Ô oui, mais il va tellement vite et haut qu’il est difficile à suivre. Citius, Altius, Fortius.


Pratique

AM par Alexandre Mazzia, 9 rue François-Rocca, Marseille 8e arr. – 04 91 24 83 63 – Lien vers le site Internet


Sur le même sujet

La lettre très personnelle d’Alexandre Mazzia, Cuisinier de l’année Gault&Millau 2019 : “Voilà ce que j’ai envie de dire…” / Alexandre Mazzia, “Cuisinier de l’année” 2019 : “Notre façon de faire un peu autarcique est récompensée” / Pourquoi Alexandre Mazzia est élu « Cuisinier de l’année » : le patron de Gault & Millau Côme de Chérisey s’explique / Infographie – L’identité culinaire… du chef Alexandre Mazzia (Marseille) / Identité, création en cuisine, image, projets en France et à l’étranger : grand entretien avec Alexandre Mazzia (AM – Marseille)


Agapé Substance / Paris : David Toutain, talent à l’état pur


AM par Alexandre Mazzia (Marseille) : Alexandre Mazzia, le grand penseur de l’audace


Arpège (L’) / Paris : Alain Passard, le révolutionnaire légumier


Astrance (L’) / Paris : Pascal Barbot, l’intime séducteur et grand formateur


Baratin (Le) / Paris : l’hymne bistrotier authentique de Raquel Carena


Bigarrade (La) / Paris : Christophe Pelé, le performeur à pleines bouchées


Grenouillère (La) / La Madelaine-sous-Montreuil : l’émotion sensible d’Alexandre Gauthier


Marine (La) / Noirmoutier : Alexandre Couillon, l’ilien extra-terrestre


Plaza Athénée (Le) / Paris : la haute cuisine naturalisée “naturalité”


Septime (Paris): Bertrand Grébaut, synthétiseur des temps modernes


Photographies – DR

Atabula 2019 - contact@atabula.com

Haut de page