Le chef Alain Passard

Les grandes dates

1984 : avec deux étoiles au Casino d’Enghien a seulement 26 ans, il devient le plus jeune chef à obtenir cette distinction
1986 : Alain Passard achète l’Archestrate à son mentor Alain Senderens et crée l’Arpège
1996 : l’Arpège est auréolé de trois étoiles au Guide Michelin 
2001 : le chef retire la viande rouge de sa carte, et entame sa réflexion sur le légume
2002 : il achète son premier potager pour fournir l’Arpège


Quelques plats

Betterave en croûte de sel ; chaud-froid d’œuf au sirop d’érable, vinaigre et quatre épices  ; tarte aux pommes bouquets de roses ; corps à corps de volaille « haute-couture » ; sushi légumier


Présentation

Dégoûté par le tissu animal à l’aube de notre millénaire, Alain Passard dit adieu à la viande rouge. Vingt ans plus tard, le chef-artiste peut se targuer d’avoir influencé (de la même manière qu’Alain Ducasse, premier chef à lancer un menu « tout légumes » en 1987), par cette décision, un pan entier de la gastronomie mondiale. Une influence qui a, plus que jamais, continué à vivre lors de la décennie 2010 avec la consécration d’une multitude de ces disciples. Au début des années 2000, l’Arpège clot donc son histoire en tant que haut-lieu de la rôtisserie. Place à la cuisine légumière, ses carottes cuites à la manière de filets mignons ou les betteraves telles des volailles. L’héritage Passard, c’est aussi une manière unique de travailler, loin des standards millimétrés de la cuisine trois étoiles de l’époque. La place des sens y est majeure, presque sacrée. La main devient l’ingrédient principal, si important, mais plus que jamais effacé. « Gomme ton geste » aime répéter le chef à ses équipes. L’Arpège devient aussi une école de la confiance, dans laquelle le jeune David Toutain, passe par exemple second de cuisine à 21 ans, six mois après avoir rejoint le 84 rue de Varenne en qualité de commis. Plus formateur que jamais, le fourneau où Alain Passard a fait ses armes aux côtés d’Alain Senderens, a vu défiler un nombre incalculable de grands chefs étoilés, affichant encore fièrement leur affiliation au chantre du légume : David Toutain, Mauro Colagreco, Pascal Barbot, Bertrand Grébaut, Sven Chartier, Björn Frantzen, ou encore Cyril Lignac. Économiquement, l’Arpège est aussi devenu un modèle pour une nouvelle génération de chefs qui décide de se concentrer sur une unique table et de ne plus dépendre des revenus d’annexes d’un bistrot ou de consulting aux quatre coins du globe. Les potagers, permettant une autosuffisance quasi intégrale aux cuisines de son restaurant, sont eux aussi devenus des investissements importants pour de nombreux cuisiniers.


Pratique

L’Arpège, 84 rue de Varenne, Paris 7e arr. – 01 47 05 09 06 – Lien vers le site Internet


Sur le même sujet

Alain Passard : « Tu as entre 20 et 30 saveurs dans le jardin par saison, c’est suffisant pour faire une belle cuisine » / Si t’as pas ton chou, ta carotte ou ta courge signés Alain Passard et livrés chez toi, t’as raté ta vie de foodies / Alain Passard, Dan Barber : entretien à quatre mains (1/2) / Alain Passard, Dan Barber : entretien à quatre mains (2/2) / Alain Passard ou le succès d’un restaurateur en six points


Agapé Substance / Paris : David Toutain, talent à l’état pur


AM par Alexandre Mazzia (Marseille) : Alexandre Mazzia, le grand penseur de l’audace


Arpège (L’) / Paris : Alain Passard, le révolutionnaire légumier


Astrance (L’) / Paris : Pascal Barbot, l’intime séducteur et grand formateur


Baratin (Le) / Paris : l’hymne bistrotier authentique de Raquel Carena


Bigarrade (La) / Paris : Christophe Pelé, le performeur à pleines bouchées


Grenouillère (La) / La Madelaine-sous-Montreuil : l’émotion sensible d’Alexandre Gauthier


Marine (La) / Noirmoutier : Alexandre Couillon, l’ilien extra-terrestre


Plaza Athénée (Le) / Paris : la haute cuisine naturalisée “naturalité”


Septime (Paris): Bertrand Grébaut, synthétiseur des temps modernes


Photographies – DR

Atabula 2019 - contact@atabula.com

Haut de page