Table de la décennie 2010-2020 Le Baratin (Paris) : l’hymne bistrotier authentique de Raquel Carena

Raquel Carena

Les grandes dates

1979 : Raquel Carena quitte l’Argentine pour la France
1987 : ouverture du Baratin
1992 : rencontre avec Philippe Pinoteau, dit « Pinuche »
2020 : et rien n’a changé… Le Baratin reste le Baratin. Trois étoiles dans le guide du vrai et du bon !


Quelques plats

Salade d’oreilles de porc ; poire au vin ; joue de bœuf et légumes sautés ; langue de bœuf et vinaigrette aux herbes


Présentation

Voilà plus de trente ans que Raquel Carena est à la tête de ce rade du 20e arrondissement. Presque autant que « Pinuche » remplit les verres de vin nature (une hérésie à l’époque) au comptoir tandis que Raquel délivre une partition bistrotière modifiée chaque jour, mais toujours aussi maîtrisée. Et alors que l’heure est aux tables faussement patinées, aux banquettes en skaï neuves et à l’assiette tirée à quatre épingles, le Baratin a encore un cran d’avance, tant le bois semble avoir subi les coups de verres et d’assiettes posées à répétition, et l’assise s’être adaptée à la forme des fesses des habitués : Pierre Hermé, Iñaki Aizpitarte et Bertrand Grébaut parmi tant d’autres.

Salle du Baratin

Alors que l’esprit franchouillard s’est envolé au fil du temps à Paris, les tables historiques ayant été majoritairement reprises, et leur cuisine modifiée, le duo Carena-Pinoteau n’a pas perdu le nord, inspirant chaque jour de nouvelles générations de chefs et  cueillant les lauriers d’une critique dithyrambique depuis la première heure. De là à dire que la cheffe argentine est l’une des pontes de la bistronomie, il n’y a qu’un pas. De la à dire que le Baratin incarne à la perfection l’authenticité et la cohérence, c’est l’évidence et, bien évidemment, c’est aussi ce qu’il y a de plus dur à créer ex nihilo.


Pratique

Le Baratin – 3 rue Jouye-Rouve, Paris 20 – 01 43 49 39 70


Sur le même sujet

Raquel Carena (Le Baratin, Paris 20e arr.) : « Le vingtième arrondissement bouge beaucoup mais le Baratin, lui, reste fidèle à ses principes depuis 30 ans » / Coup de coeur… La table en bois, la salière et le poivrier du Baratin


Agapé Substance / Paris : David Toutain, talent à l’état pur


AM par Alexandre Mazzia (Marseille) : Alexandre Mazzia, le grand penseur de l’audace


Arpège (L’) / Paris : Alain Passard, le révolutionnaire légumier


Astrance (L’) / Paris : Pascal Barbot, l’intime séducteur et grand formateur


Baratin (Le) / Paris : l’hymne bistrotier authentique de Raquel Carena


Bigarrade (La) / Paris : Christophe Pelé, le performeur à pleines bouchées


Grenouillère (La) / La Madelaine-sous-Montreuil : l’émotion sensible d’Alexandre Gauthier


Marine (La) / Noirmoutier : Alexandre Couillon, l’ilien extra-terrestre


Plaza Athénée (Le) / Paris : la haute cuisine naturalisée “naturalité”


Septime (Paris): Bertrand Grébaut, synthétiseur des temps modernes


Photographies – IG, FPR

Haut de page