Le Plaza Athénée (Paris) : la haute cuisine naturalisée “naturalité”

Alain Ducasse Plaza Athenee
Alain Ducasse Plaza Athenee

Les grandes dates

2000 : Alain Ducasse déménage son restaurant de l’avenue Raymond-Poincaré au sein du Plaza Athénée
2001 : le restaurant décroche trois étoiles
2014 : Alain Ducasse au Plaza Athénée rouvre ses portes après quelques mois de rénovation. Romain Meder prend la tête des cuisines et entame son travail sur la naturalité. La table prend deux étoiles au guide Michelin
2016 : la table retrouve sa troisième étoile


Le chef Romain Meder

Quelques plats

Lentilles vertes du Puy et caviar, délicate gelée d’anguille ; pois chiches des Hautes-Alpes, vésiga tempéré, caviar doré ; homard de Normandie, betterave à la flamme, kéfir de myrtilles ; poire William de Lizac, absinthe pilée au gwell, galette moelleuse


Présentation

Un mot, un seul : naturalité. Un mot évident, passe-partout, donc consensuel, tellement dans l’air du temps et bien plus fort que l’antinomique néologisme « glocal » ducassien (contraction de « global » et « local »). La naturalité du Plaza Athénée, née en 2015, a fait mouche. En un mot, cela consiste à « se nourrir de façon plus saine et naturelle » selon le site officiel du restaurant de l’avenue Montaigne. Certes, Alain Ducasse n’a fait que théoriser et nommer ce que de nombreux chefs faisaient déjà bien avant l’apparition du mot, mais c’est aussi la force de cet homme à part : externaliser, médiatiser, propulser des idées pour qu’elles irriguent à travers le France, et le monde.

Avec son triptyque poisson-légumes-céréales, le Plaza a accentué et renouvelé le discours engagé d’Alain Passard, et replacé au centre du jeu de la haute cuisine des produits dits « non nobles ». Ce qui n’empêche pas que le palace triplement étoilé pratique des prix à la hauteur de la renommée du lieu. En 2019, le concept de naturalité s’est enrichi de celui de « desseralité » pour valoriser la dimension naturelle du dessert. Certes, tout cela fleure bon le marketing, mais qu’importe : il n’est pas forcément l’ennemi du bon sens et l’on sait depuis longtemps qu’il permet de faire passer les messages. Si  l’adresse et la décoration peuvent impressionner, l’accueil et le service ont su s’adapter aux codes de l’époque, renouvelant même la notion de proximité avec le client. Dans l’assiette, il est même possible de tomber sur… une arête. Grande et belle, elle se mange entièrement ! Le Plaza est ainsi : hautain et surprenant, clinquant et déroutant, il a mélangé les extrêmes et renouvelé les codes de la haute cuisine. Réjouissant et inspirant.


Pratique

Alain Ducasse au PlazaAthénée – 25 avenue Montaigne, Paris 8e arr. – 01 53 67 66 65 – Site Internet du Plaza Athnénée


Sur le même sujet

Que vaut le brunch « bien-être » du Plaza Athénée (Paris) ? / Maïs, bière et chocolat : trois produits interprétés par la pâtissière Jessica Préalpato (Plaza Athénée) / La veste de James Bond, le steak tartare, les pieds nus ou le pistolet Mauser : les huit anecdotes de Denis Courtiade (Plaza Athénée), élu Directeur de Salle de l’année / Romain Meder (Plaza Athénée, Paris) : « Au Plaza, il a fallu créer un côté brut et radical » / Plaza Athénée : la veste et l’arête


Agapé Substance / Paris : David Toutain, talent à l’état pur


AM par Alexandre Mazzia (Marseille) : Alexandre Mazzia, le grand penseur de l’audace


Arpège (L’) / Paris : Alain Passard, le révolutionnaire légumier


Astrance (L’) / Paris : Pascal Barbot, l’intime séducteur et grand formateur


Baratin (Le) / Paris : l’hymne bistrotier authentique de Raquel Carena


Bigarrade (La) / Paris : Christophe Pelé, le performeur à pleines bouchées


Grenouillère (La) / La Madelaine-sous-Montreuil : l’émotion sensible d’Alexandre Gauthier


Marine (La) / Noirmoutier : Alexandre Couillon, l’ilien extra-terrestre


Plaza Athénée (Le) / Paris : la haute cuisine naturalisée “naturalité”


Septime (Paris): Bertrand Grébaut, synthétiseur des temps modernes


Photographies – Pierre Monetta

Atabula 2019 - contact@atabula.com

Haut de page