Michelin France 2020 : qu’est-ce que serait une « bonne » sélection ?

Avec l’annonce de la rétrogradation du restaurant Paul Bocuse dix jours avant la cérémonie officielle, une grande partie du monde de la restauration s’est dit que le ciel rouge leur tombait sur la tête. Révolution du Bibendum, suicide ou tempête dans un verre d’eau, tout le monde y est allé de son opinion, plus ou moins virulente. Puis, quelques jours après, comme pour rassurer les caciques qui commençaient à se faire dessus, le pyromane-pompier Gwendal Poullennec a repris le micro : il n’y aura pas d’autres rétrogradations au niveau des trois étoiles. Enfin, samedi 25 janvier, l’iconique chef du Nord Florent Ladeyn annonçait sa perte de l’étoile dans son Auberge du Vert Mont, près de Lille. Trois décisions qui ne rassurent personne et qui inquiètent tout le monde. Alors, qu’est-ce que cela augure de la sélection 2020 ? Et, surtout, qu’est-ce que serait une « bonne » sélection France 2020 ? Réponse impossible mais… essayons quand même / Article réservé aux abonnés ATABULA+
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page