Piège, Nasti, Couillon, Klein : pourquoi les favoris sont coincés à deux étoiles ?

C’est à croire que le Michelin n’aime pas les favoris. Comme nous l’écrivions il y a quelques années, le Bibendum pratique avec délectation l’art du contrepied. Il n’est pas (le) Messi, mais il le fait avec talent. En récompensant Kei, un restaurant parisien plutôt simple dans la décoration, le guide surprend tout le monde. Personne…
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Atabula 2019 - contact@atabula.com

Haut de page