Groupe Bocuse : un développement géré en bon père de famille

Il y a deux ans, dans un laps de temps extrêmement court, à peine sept mois, la France a perdu deux de ses plus grands chefs, Paul Bocuse et Joël Robuchon. Grands et entrepreneurs. Les deux maestros ont développé des affaires à travers le monde, des États-Unis au Japon. Maintenant que le Pape n’est plus, comment la marque Bocuse entend-elle se développer ? Entretien avec Jérôme Bocuse, actionnaire majoritaire du groupe / Article réservé pour les abonnés ATABULA+
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page