Le coronavirus, prétexte à l’augmentation des prix des denrées alimentaires ?

Depuis le début du confinement, certains clients ont constaté une augmentation de leur budget courses. Si cela peut s’expliquer par une adaptation des consommateurs aux ruptures de certains rayons les amenant à se rabattre sur des produits plus chers, le journal Marianne évoquait également dans un récent article les variations de prix qui rythment actuellement le marché de Rungis. À l’instar de la pomme de terre ou de l’aubergine, le prix de l’ail blanc bio a bondi de 27% entre le 12 et le 19 mars. Même chose pour le filet de bœuf (+6%). Alors que les grossistes disent anticiper les éventuelles difficultés à venir, le président du syndicat agricole Coordination Rurale, Bernard Lannes, affirme que ce n’est qu’un prétexte pour gonfler les prix et appelle la DGCCRF à intervenir. 


Photographie – DR

Haut de page