Tribune de Florence Cane : « Pour la survie du magazine YAM »

Suite au redressement judiciaire du distributeur Presstalis, le magazine YAM, propriété de l’éditrice Florence Cane, n’est plus distribué en kiosque. Une perte financière importante pour ce magazine créé il y a 10 ans, qui a su trouver son style et son lectorat. Aujourd’hui, les enjeux sont simples : sans l’apport de nouveaux abonnés, YAM ne survivra pas à la crise actuelle. Parce que la diversité éditoriale est essentielle à la qualité de l’information, qu’elle soit politique, économique ou culturelle, Atabula a décidé de publier la tribune de Florence Cane. En espérant que cela puisse permettre la survie du magazine.

_____

Tribune écrite par Florence Cane, directrice de la publication de YAM

_____

Depuis le mois de février et la sortie des YAM Cuisine et YAM Savoir-Faire, les choses se sont cruellement accélérées et la situation de l’entreprise éditrice du magazine me pousse aujourd’hui à vous expliquer avec transparence où nous en sommes, et à vous solliciter en tant que lecteur et amoureux de la presse culinaire française. 

La survenance du coronavirus et la faillite de Presstalis ont provoqué une situation inédite pour YAM : des recettes bloquées chez notre distributeur et une chute des ventes. En dépit de dix années très actives, où nous avons su faire preuve de créativité, où nous avons su mélanger reportages et recettes de chefs, YAM subit de plein fouet la crise.

Aujourd’hui, nous ne pouvons plus assurer une continuité d’exploitation et je dois prendre des décisions difficiles face aux réalités économiques et aux obligations de gérance qui sont les miennes. YAM ne sera plus diffusé en kiosque et le numéro de février aura été le dernier numéro vendu à travers le réseau de diffusion de Presstalis. 

Mais je refuse d’abdiquer et je crois en l’importance d’un magazine comme le nôtre, comme le vôtre. YAM va poursuivre son activité en misant sur le canal « sécurisé » de l’abonnement. Comme vous l’avez compris, vous qui êtes lecteur de YAM et qui l’achetiez en kiosque, il vous faut désormais migrer vers l’abonnement. Avec ce choix, plein de bon sens, tout le monde sera gagnant : vous recevrez chez vous tous les numéros et, pour nous, YAM sera sauvé. 

Voilà avec simplicité et réalisme la situation dans laquelle nous sommes. J’espère pouvoir compter sur vous pour que l’aventure YAM, avec ses reportages et ses recettes, ne s’arrête pas cet été. 

Florence Cane et l’équipe YAM

_____

Pratique

Lien vers les propositions d’abonnement

_____

Sur le même sujet

Eve-Marie Zizza-Lalu (Régal et Bottin Gourmand) : « Le confinement a permis de valoriser la qualité éditoriale par rapport à la seule quantité »

_____

Photographie

Stéphane de Bourgies / DR

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page