Christophe Marguin, les « connards » et une certaine vision du monde

Quand les grandes gueules se lâchent dans la capitale des Gaules, il vaut mieux être ouvert d’esprit et pas trop vert dans sa façon de penser. Pour le président des Toques Blanches Lyonnaises, les écologistes sont des « connards ». Ou comment ce candidat bien propre sur lui démontre sa vision du monde : irrespect, clanisme et violence.

_____

Quand les grandes gueules se lâchent dans la capitale des Gaules, il vaut mieux être ouvert d’esprit et pas trop vert dans sa façon de penser. Christophe Marguin, restaurateur et président des Toques Blanches Lyonnaises, s’est gentiment permis d’insulter les électeurs écologistes de sa ville, ces « connards » qui n’ont rien compris à rien, surtout pas à l’économie, au développement et, plus largement, à l’avenir de Lyon. 

Dans un échange qu’il pensait privé (il y avait pourtant des caméras de la chaine de télévision France 5 présentes) avec ses copains Claude Polidori, boulanger et président de l’association des commerçants des Halles de Lyon, et Yann Cucherat, candidat à la mairie de Lyon, le restaurateur mais également candidat à la future élection métropolitaine (liste ex LREM-LR) n’a pas mâché ses mots, expliquant qu’il en voulait à ces écologistes qui souhaiteraient la mort du tourisme à Lyon, et rappelant au passage la longue crise que connait le secteur de la restauration. 

Si l’état difficile du secteur de la restauration n’est bien évidemment pas contestable, et contesté par personne, les propos insultants de Christophe Marguin illustrent malheureusement à merveille un pan entier du fonctionnement du petit monde de la restauration à Lyon, dans lequel se mélange l’irrespect caractérisé, le clanisme et une violence, au moins verbale… À Lyon, les chefs sont nombreux à souligner, mezza voce, l’omnipotence de Christophe Marguin et sa volonté de tirer toutes les ficelles pour mieux contrôler les uns et les autres. Un vrai politique donc, mais sans la finesse qui va avec. 

De la finesse, il en faut pourtant peu pour comprendre que la situation actuelle – cette fameuse crise qu’il évoque ouvertement – est économique ET écologique. Mais, comme beaucoup de politiques qui ne voient pas plus loin que l’élection à venir, Christophe Marguin se contente de regarder ses propres intérêts à court-terme, à l’opposé des écologistes que le président des Toques Blanches Lyonnaises jugent « graves ». « Ils sont dans leur idéologie, dans leur monde écologique » ajoute-t-il. En réalité, Christophe Marguin n’a pas seulement insulté les écologistes, mais tous ceux qui ne pensent pas comme lui. Ça fait beaucoup de monde.

_____

Sur le même sujet

Retrouvez tous nos articles « Opinion »

_____

Photographie

DR

Haut de page