Liberté individuelle, ‘restaurant soupape’, foodporn et hamburger : la cuisine doit rester frondeuse et transgressive

Nos choix alimentaires n’ont jamais été aussi complexes car ils sont plus que jamais politiques et politisés, donc culpabilisants si l’on s’écarte de la ‘norme’ sociale. Pourtant, la cuisine et le restaurant ne peuvent rester désirables que s’ils savent maintenir un large espace de liberté, dans lequel la transgression a le bon goût de l’interdit / Cet article est un extrait du livre blanc « Comment la restauration va muter après la crise du Covid-19 en France » / Article réservé aux abonnés ATABULA+
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Haut de page