Michelin annonce l’acquisition du Fooding à 100%

Michelin vient d’annoncer l’acquisition du Fooding, qui s’apprête à fêter ses vingt ans, à 100%. Le fruit d’une « opération prévue de longue date », selon le groupe clermontois, qui, en 2017, avait déjà fait son entrée au capital du guide dirigé par Alexandre Cammas à hauteur de 40%. Des évolutions de gouvernance sont attendues.

_____

Le 4 septembre 2017, Alexandre Cammas et Marine Bidaud annonçaient à leurs lecteurs le début d’une nouvelle étape dans l’histoire du Fooding. Avec le ton enjoué propre à leur griffe éditoriale, les deux têtes pensantes insistaient sur leur « émotion » au moment de faire alliance avec le guide Michelin, qu’ils rappelaient avoir « souvent rudoyé », « pas mal boxé » mais « toujours respecté ». Surtout, après avoir envisagé un temps le recours à un fonds d’investissement ou l’alliance avec un groupe de médias, les deux compères expliquaient que le groupe clermontois avait été le seul à répondre à leurs attentes et à leur offrir des garanties pour se « développer durablement » et s’internationaliser « en toute indépendance ». S’il avait pris 40% des parts du capital du Fooding à l’époque, le guide rouge en est désormais le propriétaire. A-t-il pour autant les pleins pouvoirs ?

« Michelin continuera de développer le Fooding, dans le respect de l’esprit insufflé depuis sa création avec pour priorités la poursuite de sa digitalisation et le renforcement de sa dimension magazine. L’entité conservera sa marque de fabrique, son indépendance éditoriale et ses propres sélections d’établissements », écrit Michelin dans son communiqué. Bibendum insiste également sur le fait qu’il s’agit d’une opération d’achat « prévue de longue date ». Elle s’inscrit dans une stratégie de croissance dans le « domaine de l’art de vivre », dans le sillage de l’achat de Tablet (spécialiste de la recommandation et de la réservation d’hôtels de charme et de luxe) en 2018 et du guide Robert Parker Wine Advocate, référence dans le monde du vin, en 2019.

Cette fusion devrait permettre au Fooding de se développer à l’international et de se poser en véritable concurrent du World’s 50 Best, en réaction duquel il a créé en 2019 son Priceless Cities Best New Bistro, un « anti-classement » qui avait récompensé quatre restaurants de Paris, Londres, New York, Mexico et Londres. En contrepartie, Alexandre Cammas et ses équipes apporteront leur expérience en matière d’événementiel à la multinationale française et l’accès à un lectorat plus jeune. Le fondateur du guide s’apprête à quitter sa fonction de président et à en devenir le directeur éditorial alors que la nouvelle gouvernance sera dévoilée dans les semaines à venir. Une nouvelle ère semble s’annoncer.

_____

Sur le même sujet | Rapprochement Michelin et Guide Fooding : décryptage complet d’une opération très ambivalente

_____

Photographie | DR

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page