« Pour changer la donne, nous cherchons à travailler avec des chefs engagés, ancrés dans des territoires », entretien avec Romain Prudent, directeur de la communication France à Veolia

Veolia a réalisé, en partenariat avec le média Konbini, une mini-série de trois épisodes intitulée Green Meals. Quatre chefs engagés y livrent trois recettes écologiques et associées aux nouveaux modes de consommation que ceux-ci appliquent tous les jours derrière les fourneaux : des recettes à partir de produits de saison, zéro déchet et réalisées à partir d’eau du robinet, afin d’inciter les internautes à consommer plus responsable. Lancée entre fin 2020 et début 2021, la série a été publiée pendant les fêtes, moment idéal pour associer transition écologique et plaisir. Romain Prudent, directeur de la communication France de Veolia, explique les coulisses de cette initiative. 


Atabula | Comment vous est venue l’idée de lancer cette campagne de communication ?

Romain Prudent | « Veolia, entreprise de référence dans la transformation écologique, aspire à entraîner un grand nombre de Français dans cette dynamique afin de protéger la planète. Nous nous sommes posé la question : comment donner à chaque Français l’envie d’adopter de nouveaux gestes responsables dans son quotidien ? La Parler de ce qu’on peut faire en cuisine est apparu comme une évidence. Grâce à cette mini-série, quatre chefs délivrent leurs conseils. Alors qu’à Bordeaux le chef Vivien Durand valorise le zéro déchet par une utilisation complète des aliments, à Lille Ismail Guerre-Genton met quant à lui l’accent sur les produits de saison. Et à Lyon, Ludovic et Tabata Mey proposent une utilisation originale de l’eau du robinet à travers une recette avec des coquilles Saint-Jacques. Même si l’eau consacrée à la cuisine ne représente que 7% de notre utilisation quotidienne, elle y joue un rôle primordial. Au cœur de nombreuses recettes, l’eau accompagne chaque étape du repas, du simple verre d’eau au thé, café ou infusion. Au-delà d’être un produit de très bonne qualité, le plus contrôlé des produits alimentaires en France, l’eau potable est un produit qui a une forte valeur symbolique : produit du terroir, responsable, elle est aussi source de plaisir.

Comment avez-vous sélectionné les chefs ?

Nous cherchons à travailler avec des chefs engagés, ancrés dans des territoires et qui incarnent l’avenir de la cuisine française. Engagés, pour des questions de cohérence avec le message que l’on porte, et ancrés dans les territoires, car c’est en leur sein que s’opérera la transformation écologique. Nous pensons également que les dynamiques et les engagements pris dans leurs restaurants par les chefs que nous avons choisis ont pour vocation à être de plus en plus partagés.

Ont-ils eu carte blanche ou bien avez-vous eu un regard sur les recettes proposées ?

Ils avaient carte blanche. Proposer une recette qui soit responsable d’un point de vue environnemental, à base d’eau du robinet et qui limite les déchets au maximum, voilà les seules indications promulguées. À partir de là, les chefs suggéraient ce qu’ils souhaitaient, toutes les propositions ont été retenues. Nous avons été notamment ravis que le chef Ismail Guerre-Genton délivre une recette à partir de céleris provenant de l’une de nos fermes urbaines, située à Lomme près de Lille et dont les productions sont vendues sur le MIN juste à côté. Nous y cultivons des fruits et légumes selon les principes de la permaculture, en préservant les ressources en eau tout en offrant aux aires de consommations proches une source d’approvisionnement naturelle en produits de qualité.

Pourquoi avoir choisi Konbini comme partenaire ? 

Nous avons collaboré avec Konbini afin de donner de l’écho à cette initiative visant à donner de la visibilité aux restaurateurs engagés. Grâce à ce média qui se base sur la vidéo, nous pouvons nous adresser à un plus grand public. Aussi, il nous est apparu comme étant un partenaire très cohérent par rapport à nos objectifs de sensibilisation.

Pensez-vous travailler à nouveau avec des chefs ? 

Veolia travaille avec les chefs depuis longtemps, notamment pour le traitement de leur biodéchets. Les restaurateurs ont l’obligation depuis 2016 de trier leurs déchets organiques afin de les valoriser en compost ou énergie. Nous nous engageons aussi dans la promotion de l’eau du robinet sur les tables, comme peuvent le faire des établissements de grands chefs tels que Ludovic et Tabata Mey. Lors d’un travail récent avec la collectivité de Bergerac (Nouvelle-Aquitaine), nous avons valorisé cette eau sur les tables de nombreux restaurateurs volontaires, tout en favorisant la transparence : grâce à un QR code sur les carafes, les clients avaient facilement accès à sa composition. Au-delà de ces actions, nous aspirons à collaborer durablement avec des chefs, qui sont d’excellents porte-paroles touchant un très large public, et qui peuvent jouer un rôle clé pour relever les défis écologiques.


En vidéoÉpisode 1 de la mini-série « Green Meals » avec le chef Vivien DurandEpisode 2 de la mini-série « Green Meals » avec le chef Isma’il Guerre-Genton

PratiqueLien vers le site de Véolia

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page