Ouvrir les restaurants le 1er février : un pari risqué

Depuis qu’il a annoncé, le 4 janvier dernier, sa volonté de rouvrir son restaurant lundi 1er février, le chef Stéphane Turillon a été largement médiatisé. Il espère entraîner dans son sillage un mouvement de désobéissance civile massif au sein du monde de la restauration. Un pari risqué au regard des peines judiciaires auxquelles s’exposent professionnels et clients | Article réservé aux abonnés.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.
Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page