Après la piste aux étoiles, Alexandre Bourdas quitte les réseaux sociaux

Le chef de SaQuaNa (Honfleur) a annoncé, lundi 7 juin, qu’il cessera prochainement toute publication sur les réseaux sociaux. Et si l’ex-cuisinier doublement étoilé entraînait dans son sillage d’autres chefs de renom ?


Après avoir délaissé la course aux étoiles en proposant une cuisine beaucoup plus simple, l’ex-chef doublement étoilé de SaQuaNa (Honfleur) poursuit sa mue en quittant les réseaux sociaux. « Vous m’accompagnez depuis longtemps. Vous avez dû remarquer que mes publications étaient moins nombreuses. En effet, je ne suis plus en accord avec cette forme de communication, de surexposition accompagnée de commentaires élogieux ou agressifs, mais souvent loin de la réalité. J’aspire davantage à moins de médiatisation pour laisser place à la découverte, la surprise, les rencontres et l’imaginaire. C’est pourquoi j’ai décidé de ne plus publier sur les réseaux sociaux », a posté Alexandre Bourdas sur son compte Instagram, remerciant au passage ses followers pour leur soutien. 

Parmi les « likes » reçus par sa publication figure notamment celui de Cyril Lignac, pourtant incarnation du cuisinier médiatique et connecté, qui monétise même désormais ses cours de cuisine en ligne. Un paradoxe, qui rappelle qu’en dépit des envies de simplicité et de retour à l’essentiel formulées par certains chefs à la faveur de la pandémie, les réseaux sociaux constituent un puissant outil de communication pour faire fonctionner leurs établissements. Il n’en reste pas moins qu’Alexandre Bourdas pourrait faire des émules. Dans les années qui viennent, tandis que certains chefs seront tentés d’accentuer leur présence en ligne à la manière des influenceurs, d’autres pourraient bien opter pour des stratégies de communication beaucoup plus discrètes voire compter uniquement sur le bouche-à-oreille. À l’ancienne. Un risque pour ceux dont l’image s’est déjà partiellement construite sur les réseaux sociaux, mais aussi le plaisir de renouer à un rapport direct avec la clientèle, d’être apprécié pour la seule qualité de son travail et de ce qui s’en dégage. Sans faux-semblants.


Sur le même sujet | Alexandre Bourdas (SaQuaNa) : « Mettre en place un restaurant et le faire vivre, ce n’est pas que de la télé. C’est une épreuve quotidienne »

Photographie | © Alban Couturier

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page