Mohamed Cheikh remporte Top Chef 2021

Opposé à Sarah Mainguy, Mohamed Cheikh s’adjuge le titre de Top Chef 2021. Contrairement à son adversaire, au parcours plus atypique, l’ancien pensionnaire du lycée hôtelier Montaleau de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) s’est épanoui aux côtés de grands chefs comme Alain Senderens au Lucas Carton. Il a également côtoyé Yannick Alléno en tant que chef de partie et Philippe Labbé au Shangri-La Paris (16e arr.).

Ex-chef du Sofitel de La Défense, celui qui a ouvert depuis le 1er juin, et jusqu’au 3 octobre, un restaurant éphémère d’inspiration méditerranéenne au Jardin des Plantes (5e arr.) de Paris a ensuite assumé la direction des cuisines du restaurant du Publicis Drugstore (8e arr. de Paris) sous la houlette d’Éric Frechon. Apprécié par les téléspectateurs pour sa bonhommie et ses phrases chocs, cet excellent technicien envisage de créer son propre établissement à Paris ou à Vincennes.

Sarah Mainguy, jeune cheffe du restaurant Vacarme à Nantes, échoue donc en finale. Formée à la gastronomie à l’école Ferrandi – qu’elle abandonne avant même d’obtenir son BEP pour se lancer dans une formation à La Sorbonne -, elle revient finalement dans le monde culinaire, se tournant rapidement vers la bistronomie. Elle passe alors par les cuisines de Pierre Sang Boyer en tant qu’extra, puis d’Holybelly (10e arr. de Paris) et du Mary Celeste (3e arr.). Depuis 2018, la cheffe, née au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), est installée à Nantes où elle a créé Vacarme, une adresse hautement tendance où sont servis des « Cafés savants, Gamelles rythmées et des Vins Vivants » si l’on en croit le leitmotiv de l’établissement. Saucisse, purée de courgettes ; pied de cochon, hibiscus ; bánh mì ou encore focaccia maison… 

Au cours de cette douzième saison de Top Chef, la candidate encadrée par Paul Pairet s’est distinguée grâce à son univers gastronomique singulier, loin du style classique des grandes tables étoilées qui sont légion dans le concours. Démunie sur les épreuves techniques, elle avait toutefois surpris le jury en début de concours avec un simple monoproduit : un poireau vinaigrette travaillé sous la forme d’une unique raviole. Avec cette défaite en finale, Sarah Mainguy ne deviendra pas la troisième femme à remporter le concours après Stéphanie Le Quellec, aujourd’hui doublement étoilée à La Scène (8e arr.), et Naoëlle d’Hainaut, une étoile à l’Or Q’idée (Pontoise).


Pratique | Manzili, 47 Rue Cuvier, 75005 Paris | Site internet

Photographie | Instagram du chef

Auteurs | Louis Jeudi avec Léandre Mage

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page