Sébastien Rival, ex-directeur de la restauration du Meurice, va ouvrir un bar à vin et un hôtel-restaurant dans le Maine-et-Loire

Fini le costard-cravate, les palaces et la vie parisienne pour Sébastien Rival. À l’automne, il ouvrira un bar à vin dans le village de Beaupréau-en-Mauges, avant de lancer un restaurant et quelques chambres courant 2022 dans ce même village du Maine-et-Loire. 


« À Paris, j’étais un restaurateur parmi d’autres, sur un marché qui en compte beaucoup. Là, il s’agit d’une autre histoire, plus personnelle, plus vraie, plus humaine. » En quelques mots, Sébastien Rival résume le pourquoi de sa nouvelle vie ; un ‘pourquoi’ que de nombreux professionnels de la restauration rêveraient de concrétiser eux-aussi. Avec sa femme, Fanny, l’ex-directeur de la restauration du Meurice a franchi le pas. « Le projet habitait un coin de ma tête depuis quelques temps. Le confinement l’a fait passer au premier plan, avant de s’imposer comme une évidence. Avec Fanny, nous avons réfléchi, posé les plans, fait nos calculs… Et la décision a été prise, en pleine conscience. » Pour Sébastien Rival, il s’agit d’un retour aux sources puisqu’il est originaire de la région. 

La rivière l’Èvre qui traverse le village de Beaupréau-en-Mauges

Nous ferons une cuisine franche, conviviale et généreuse, avec le meilleur rapport qualité-prix-plaisir possible

Sébastien Rival

 À la rentrée prochaine, septembre ou octobre en fonction des travaux, ils ouvriront ensemble un bar à vin, guinguette et DJ à ses heures, dans le village de 8 000 âmes. Son nom ? « Ce sera le Café des Ponts, un établissement fermé pendant quinze ans et dont nous gardons le nom historique. Situé sous les arcades d’un pont, il s’agit du seul établissement qui dispose d’une terrasse au bord de l’Èvre, la rivière qui traverse le village » précise Sébastien Rival. Le couple a fait appel à des artisans locaux pour repenser la bâtisse de fond en comble, avec la ferme volonté de proposer un lieu réconfortant, ni trop ancien, ni surtout trop moderne, « une adresse où l’on se sent simplement bien » ajoute-t-il. Aidé par la commune et la Chambre de commerce et d’industrie, le couple a pu embaucher une personne pour faire vivre le Café des Ponts, et des extras viendront en renfort le week-end. 

En 2022, Fanny et Sébastien Rival ouvriront un second établissement, comprenant un restaurant de 45 couverts et un hôtel d’une dizaine de chambres. « S’il faut positionner notre offre, disons que nous proposerons du bistronomique. Mais j’ai simplement envie de dire que nous ferons une cuisine franche, conviviale et généreuse, avec le meilleur rapport qualité-prix-plaisir possible » avance Sébastien Rival. Pour l’instant, l’heure est aux travaux et au sourcing des produits.

Désormais, des fenêtres de leur nouveau café de village, Fanny et Sébastien n’entendent plus rugir les chevaux des grosses berlines de luxe ; ils apprécient en silence le spectacle des chevaux, les vrais, qui paissent paisiblement à l’ombre du château du village. Une autre vie.


Photographie | DR

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page