Grégory Coutanceau : « Années après années, nous constatons l’augmentation du chiffre d’affaires générée par les bons cadeaux »

À la tête de plusieurs restaurants et d’une école de cuisine, La Classe des Gourmets, le chef Grégory Coutanceau propose des bons cadeaux depuis une dizaine d’années dans ses différents établissements. Un outil essentiel selon lui.


Atabula | Quel regard portez-vous sur la vente de bons cadeaux ?
Grégory Coutanceau | Cela fait une dizaine d’années que nous proposons, au sein des maisons de cuisine, des bons cadeaux pour notre clientèle. Il y a dix ans, cela se faisait de façon artisanale, sans numérisation, sans recul et sans préparation des équipes. Années après années, nous constatons l’augmentation régulière du chiffre d’affaires générée par les bons cadeaux. Et, en parallèle, la simplification de leur utilisation : si hier, le personnel de salle devait gérer manuellement leur usage, aujourd’hui, tout est facilité grâce à la digitalisation de nos restaurants. Pour moi, le bon cadeau est un élément naturel de l’univers de mes tables, mais également de celui de La Classe des Gourmets, notre école de cuisine. Sur Internet, le bénéficiaire du bon peut choisir en ligne le jour, l’heure et la nature du cours désiré. La démarche est intuitive pour le bénéficiaire, ça l’est également pour nos équipes.

Avez-vous néanmoins rencontré des difficultés particulières dans la mise en place de la plateforme ?
Absolument pas. D’abord parce que notre expérience a permis de caler rapidement tout ce qui devait l’être avec les équipes de MyBeezBox. Leur réactivité et leur capacité à adapter leurs solutions à nos besoins ont contribué à éviter tous les écueils malheureusement rencontrés avec d’autres acteurs du marché.

Pourquoi avoir choisi la solution MyBeezBox ?
Nous avons essayé d’autres solutions mais, comme je viens de le dire, elles comportaient certains inconvénients, que ce soit sur leur facilité d’utilisation ou le service après-vente. On l’oublie trop souvent, mais il est essentiel de pouvoir avoir facilement et rapidement au téléphone une personne de la société qui va comprendre notre demande face à une nouvelle situation, une nouvelle offre à mettre en place ou les inévitables réglages. Avec MyBeezBox, nous n’avons jamais eu le moindre souci sur leur réactivité ou leurs compétences.

Si vous aviez un conseil à donner à un chef qui veut lancer sa boutique cadeaux ?
Qu’il le fasse ! Et je le dis d’ailleurs régulièrement à mes confrères. D’abord parce que la tendance est là. Offrir une expérience dans un restaurant ou dans un cours de cuisine, ça reste un cadeau extraordinaire, qui fait toujours plaisir. La marge d’erreur est faible, contrairement à d’autres cadeaux… Pour le restaurateur, aujourd’hui, c’est une évidence : il faut être multi-canal pour augmenter sensiblement son chiffre d’affaires. En cela, le bon cadeau s’impose comme une solution facile et rentable.


Sur le même sujet

MyBeezBox : une offre de click&collect à la hauteur des enjeux pour les restaurateurs

Shawn Joyeux (Restaurant Alliance, Paris 5e arr.) : « Avec un bon cadeau, vous rendez heureux deux personnes avec un seul repas »

« Avec le click and collect, nous désirions maintenir les gens en éveil, l’idée principale n’était pas de faire de l’argent », entretien avec Pascal Garnier, maître d’hôtel chez AM par Alexandre Mazzia (Marseille)


Pratique
Lien vers MyBeezBox
Lien vers le site de Grégory Coutanceau

Photographie
DR

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page