La Liste : il faut arrêter vos bouffonneries

Est-ce encore bien utile de parler de La Liste, ce classement franchouillard non seulement inutile, mais surtout ridicule et invraisemblable ? Lors de sa création, le concept, déjà, touchait le fond. Avec la pandémie mondiale, il fait encore mieux : il ignore l’évidence de l’incongruité de son système.


La Liste n’est rien d’autre qu’une verrue qui dérange tout le monde, une triste mascarade qui plombe l’image de la restauration française


Des restaurants fermés partout dans le monde pendant des mois, des calendriers de réouvertures différents d’un pays à l’autre, quelques guides nationaux qui ont fait l’impasse au regard de la conjoncture, une presse qui a largement changé sa façon de parler des restaurants et, en dépit d’un changement total de paradigme, la Liste publie son classement avec la fierté du coq français qui n’a pas vu qu’il avait de la merde jusqu’au cou. Il suffit de ne prendre qu’un exemple, un seul, pour illustrer le ridicule de la situation : l’Arpège. Le restaurant d’Alain Passard, fermé de façon continue depuis le 16 mars 2020 et qui n’a rouvert ses portes que depuis quelques semaines, aurait réussi à générer on ne sait quel « buzz » pour conserver sa deuxième place du classement, accompagné par deux autres tables françaises. Un total de quatre restaurants français sur les deux premières marches du podium (Guy Savoy truste la première place depuis le début…), qui dit mieux ? Notre coq fanfaronne, les poules honorées font les belles sur les réseaux sociaux. Vive cette France nombriliste et égocentrée qui multiplie les titres de champions en tout genre taillés sur mesure pour ses ouailles.

Qui peut encore croire, ne serait-ce qu’une seconde, que cette Liste possède une once d’éthique et de vérité ? Créée par un homme au service du développement touristique de la France, pilotée pour contrer la prétendue « francophobie » du 50 Best, et dirigée aujourd’hui par celle qui n’a cessé de la fracasser pendant des années lorsqu’elle dirigeait le 50 Best (heureusement que le ridicule ne tue pas !), cette Liste devrait désormais arrêter le massacre. Son méta-classement, fruit d’un algorithme inconnu et imbitable, n’a pas d’autres ambitions que d’être une machine politique au service de la France. Elle n’est rien d’autre qu’une verrue qui dérange tout le monde, une triste mascarade qui plombe l’image de la restauration française à l’étranger par son conservatisme et son égocentrisme coupable.

À l’heure où la puissance politique hexagonale se penche plus que jamais sur les grands enjeux de la restauration de demain, il serait bien qu’elle s’intéresse un peu à cette Liste et à ses conséquences. Et d’en tirer l’inévitable évidence : y mettre fin. Cher Philippe Faure, chère Hélène Pietrini, il y a vraiment un moment où il faut arrêter vos bouffonneries.


Sur le même sujet

Hélène Pietrini devient la directrice générale de La Liste

Cela pourrait être une farce digne du Gorafi mais l’annonce est pourtant officielle : Hélène Pietrini, l’ex directrice du World’s 50 Best qui était accusée par les initiateurs de la Liste de vouloir tuer la gastronomie française, rejoint donc ces derniers pour prendre le poste de directrice générale | Lire l’article

Quatre tables à la première place : La Liste, c’est le remake de l’école des fans de la gastronomie mondiale !

On se demande bien pourquoi les guides ou le classement du World’s 50 Best s’embêtent à gérer de l’humain pour établir leurs résultats. Susceptible, cocardier et surtout subjectif, l’inspecteur ou le juré est taxé de tous les maux par les mal classés, les rétrogradés et autres ronchons patentés. Alors que prenez La Liste, outil 100% made in France, pensé par un ambassadeur français, dirigé par une équipe à très grande majorité française, fêtée au sein d’un ministère français (qui n’a donc aucun intérêt à mettre la France en avant, vous l’aurez saisi !), eh bien la faiblesse humaine a laissé sa place à un algorithme, froid comme un glaçon | Lire l’article


Pratique
Lien vers le site de La Liste

Photographie
DR

Voir le commentaire (1)
Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page