Aides : Bercy et les représentants du secteur peinent à s’entendre

Vendredi, les représentants du secteur ont adressé un courrier au ministère de l’Économie. Si actuellement, comme cela a été annoncé lundi dernier, l’État prend en charge les coûts fixes d’une entreprise à partir du moment où elle perd 50% de son chiffre d’affaires habituel, les représentants du secteur estiment qu’un abaissement à 30% de pertes de chiffre d’affaires serait plus juste face à l’émergence du variant Omicron sur le territoire. Une demande refusée par Bercy.

D’après l’UMIH, 79% des restaurateurs ont perdu au moins 30% de leur chiffre d’affaires dès l’avant-dernière semaine de décembre. Aujourd’hui, le ministère de l’Économie doit recevoir les acteurs de l’hôtellerie-restauration afin de discuter d’une autre revendication : l’exonération de charges pour les entreprises qui ont perdu plus de 65% de leur chiffre d’affaires ou qui font l’objet de mesures de restrictions sanitaires.


Sur le même sujet

Restauration : à deux doigts du burn out

Si le quoi qu’il en coûte macronien a sauvé des entreprises, la pandémie a profondément bouleversé le monde de la restauration. Économiquement, ça tient encore ; humainement, une grande partie de la profession est au bout du rouleau. Certes, les réseaux sociaux regorgent toujours autant de sourires de façade, les événements festifs et autres remises de prix en tout genre remettent du baume au coeur et de nombreuses tables affichent un taux de remplissage honorable, voire exceptionnel. Mais, derrière ces petits bonheurs se cache un état de santé global plus sournois, une fatigue généralisée qui pourrait prochainement atteindre le burn out | Lire la suite de l’article

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page