DÉCRYPTAGE

Le commerce en ligne, nouvel eldorado des restaurateurs ? L’analyse de Julien Bidet

Ce spécialiste du e-commerce apporte son éclairage sur l’apport potentiel de ce nouvel outil / Article réservé aux abonnés ATABULA +

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Sondage : livraison et vente à emporter, l’avenir du restaurant ? Plutôt une nouvelle forme de consommation

Résultats et analyse du sondage consacré à la livraison et la vente à emporter / Article réservé aux abonnés ATABULA +

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Commissions négociées, algorithmes secrets : quand les startups du delivery entretiennent l’opacité sur leurs pratiques commerciales

Commissions négociées à la gueule du client, référencement peu clair. Eclairage sur l’opacité des pratiques commerciales des géants de delivery / Article réservé aux abonnés ATABULA+

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Mettre en place son propre service de livraison : est-ce bien raisonnable ?

Début juin, la pizzeria parisienne Louie Louie (11e arr. de Paris) lance son propre service de livraison. Décision d’avenir ou bien dangereuse ? Un peu des deux, sûrement. Atabula pèse le pour le contre / Article réservé aux abonnés ATABULA+

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Les guides gastronomiques doivent-ils évaluer les activités de livraison et de vente à emporter ?

Dans la panoplie dont disposent les chefs pour relancer leur business et maintenir un chiffre d’affaires correct, la livraison à domicile tient la corde. Que l’offre proposée soit un simple copié-collé de la carte existante ou une offre adaptée, cette « nouvelle » activité pourrait prendre de l’ampleur dans les mois et années qui viennent. Alors que certains critiques gastronomiques s’épanchent déjà sur la qualité des plats reçus, se pose la question de savoir si les guides doivent intégrer la livraison à domicile et la vente à emporter dans leur sélection et leurs critères. Atabula a évalué la situation côté cuisine et côté guide / Article réservé aux abonnés ATABULA+

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.