L’antithèse méditerranéenne de Gérald Passédat et d’Alexandre Mazzia

Cet article a été publié en juillet 2011. À l’époque, le chef Alexandre Mazzia démarre sa carrière marseillaise au Ventre de l’Architecte, restaurant situé au troisième étage de la Cité du Corbusier. Il n’a ni étoile, ni reconnaissance médiatique. Gérald Passédat, lui, a reçu sa troisième étoile pour Le Petit Nice en 2008. Cet article est l’un des premiers, si ce n’est le premier, sur Alexandre Mazzia.

Comment gagner ou garder ses étoiles Michelin en 2022 : guide pratique en 10 points

Imprévisible le Bibendum ? Pas tant que ça. Au fil des sélections, le guide Michelin dessine une sorte de jurisprudence étoilée qui s’adapte aux contraintes de son époque. Avec autant d’humour que de sérieux, Atabula a analysé la politique du guide et en a extrait dix vérités pour gagner ou conserver ses étoiles en 2022. Suivez le guide | Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Bibendum 2021 : pas de bamboche, pas de rabiboche

Coup de gueule contre une sélection qui voulait tout faire à la fois et qui a tout raté.

Rétrogradations : le Bibendum a joué avec le feu et s’est brûlé gravement

Le Michelin avait annoncé une sélection 2021 marquée du sceau de la bienveillance et de l’encouragement pour un secteur de la restauration en souffrance. Bingo, le Bibendum a dégradé des tables qui n’ont rien changé à leurs assiettes comme le Chateaubriand d’Inaki Aizpitarte ou le Palégrié de Guillaume Monjuré. Après la suppression de l’étoile du chef Florent Ladeyn l’an dernier, les inspecteurs continuent un jeu de massacre incompréhensible et inacceptable. En jouant avec le feu, le Bibendum vient de se brûler les doigts et risque de se faire botter le cul.

Airelles : de grands noms en cuisine mais zéro stratégie à l’horizon pour la marque de Stéphane Courbit

Pierre Gagnaire à Courchevel, Jean-François Piège à Gordes, Alain Ducasse à Versailles et la marque Loulou à Val d’Isère : le casting en cuisine du groupe Airelles ne manque pas de talents. Mais il a de quoi surprendre. Jusqu’à croire que derrière les blockbusters multi-étoilés se cache un cruel vide scénaristique | Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.