Dîner clandestin : pourquoi le reportage de M6 choque tout le monde, ou presque

Des réactions de vierges effarouchées à n’en plus finir ! En cause, un repas clandestin filmé par des journalistes, et dont les meilleurs extraits ont été diffusés sur la chaine de télévision M6 il y a quelques jours. Depuis, c’est la panique : les réseaux sociaux veulent des noms, les politiques montent au créneau et la justice est saisie. À croire que depuis le premier jour de la fermeture administrative des tables en France, jamais ô grand jamais il n’y avait eu le moindre repas clandestin.

Xavier Hamon, directeur de l’Université des sciences et pratiques gastronomiques : « La période aura des effets bénéfiques sur la gestion sociale des équipes »

Covid, confinement, crise… et demain ? Le 17 mars 2020, la France se confinait. Un an après, les Français vivent encore au rythme du confinement et du couvre-feu, les restaurants, non essentiels comme tant d’autres secteurs d’activité, sont toujours fermés et la pandémie n’a toujours pas dit son dernier mot. Si l’usage de l’expression du « monde d’après » s’est évanoui au fil des mois, il n’en demeure pas moins que le rêve d’un monde différent, plus responsable, plus éthique, plus respectueux, ne s’est pas totalement évanoui. Atabula a questionné des acteurs du monde de la restauration et de l’alimentation pour recueillir leur témoignage sur ce que cette crise pourrait changer. Nouveau regard, celui du directeur de l’Université des sciences et pratiques gastronomiques, Xavier Hamon.

Gilles Fumey, chercheur en géographie culturelle : « C’est une fiction de penser que demain ressemblera à hier »

Covid, confinement, crise… et demain ? Le 17 mars 2020, la France se confinait. Un an après, les Français vivent encore au rythme du confinement et du couvre-feu, les restaurants, non essentiels comme tant d’autres secteurs d’activité, sont toujours fermés et la pandémie n’a toujours pas dit son dernier mot. Si l’usage de l’expression du « monde d’après » s’est évanoui au fil des mois, il n’en demeure pas moins que le rêve d’un monde différent, plus responsable, plus éthique, plus respectueux, ne s’est pas totalement évanoui. Atabula a questionné des acteurs du monde de la restauration et de l’alimentation pour recueillir leur témoignage sur ce que cette crise pourrait changer. Nouveau regard, celui du professeur et chercheur en géographie culturelle Gilles Fumey.

Hélène Reglain, maraîchère : « Je vais sélectionner encore davantage les chefs avec qui je collabore, afin de tisser des relations de confiance »

Covid, confinement, crise… et demain ? Le 17 mars 2020, la France se confinait. Un an après, les Français vivent encore au rythme du confinement et du couvre-feu, les restaurants, non essentiels comme tant d’autres secteurs d’activité, sont toujours fermés et la pandémie n’a toujours pas dit son dernier mot. Si l’usage de l’expression du « monde d’après » s’est évanoui au fil des mois, il n’en demeure pas moins que le rêve d’un monde différent, plus responsable, plus éthique, plus respectueux, ne s’est pas totalement évanoui. Atabula a questionné des acteurs du monde de la restauration et de l’alimentation pour recueillir leur témoignage sur ce que cette crise pourrait changer. Premier regard, celui de la maraîchère Hélène Reglain, posée à la Ferme d’Artaud, en Loire-Atlantique.

Le room service est mort, vive le restaurant en chambre

C’est fou tout ce que l’on peut faire dans une chambre d’hôtel. Bien au-delà du cinq à sept crapuleux ou de la longue nuit reposante, cet espace transitoire se prête aujourd’hui à toutes les expériences possibles. On peut même y manger, et de mieux en mieux.Le room service traditionnel a vécu.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.