Bibendum 2021 : pas de bamboche, pas de rabiboche

Coup de gueule contre une sélection qui voulait tout faire à la fois et qui a tout raté.

Rétrogradations : le Bibendum a joué avec le feu et s’est brûlé gravement

Le Michelin avait annoncé une sélection 2021 marquée du sceau de la bienveillance et de l’encouragement pour un secteur de la restauration en souffrance. Bingo, le Bibendum a dégradé des tables qui n’ont rien changé à leurs assiettes comme le Chateaubriand d’Inaki Aizpitarte ou le Palégrié de Guillaume Monjuré. Après la suppression de l’étoile du chef Florent Ladeyn l’an dernier, les inspecteurs continuent un jeu de massacre incompréhensible et inacceptable. En jouant avec le feu, le Bibendum vient de se brûler les doigts et risque de se faire botter le cul.

Airelles : de grands noms en cuisine mais zéro stratégie à l’horizon pour la marque de Stéphane Courbit

Pierre Gagnaire à Courchevel, Jean-François Piège à Gordes, Alain Ducasse à Versailles et la marque Loulou à Val d’Isère : le casting en cuisine du groupe Airelles ne manque pas de talents. Mais il a de quoi surprendre. Jusqu’à croire que derrière les blockbusters multi-étoilés se cache un cruel vide scénaristique | Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Guy Martin Grand Véfour

2020 en 20 événements et 20 décryptages | 3-3/ The Fork, Guy Martin, Taku Sekine, Michelin, Gault&Millau…

2020 est une année à oublier qui ne s’oubliera pas. Pour tous les professionnels de la restauration, du « grand » chef au « petit » producteur, rien ne s’est déroulé normalement. Des restaurants fermés une grande partie de l’année, des contraintes sanitaires draconiennes le reste du temps et, pour tous, un doute profond sur leur futur professionnel. Le feu, branché sur courant alternatif, a été désacralisé pour beaucoup de cuisiniers « non essentiels ». Alors que retenir d’une année comme celle-là ? Atabula a fouillé dans ses archives encore chaudes et a retenu 20 événements « essentiels » qui, sauf exception, n’auraient pas dû l’être. Troisième et dernier volet, avec The Fork, Guy Martin, Gault&Millau, Taku Sekine et quelques autres disparus

2020 en 20 événements et 20 décryptages | 2-3/ Des dérives d’Alain Ducasse à la création d’un ministère de la restauration

2020 est une année à oublier qui ne s’oubliera pas. Pour tous les professionnels de la restauration, du « grand » chef au « petit » producteur, rien ne s’est déroulé normalement. Des restaurants fermés une grande partie de l’année, des contraintes sanitaires draconiennes le reste du temps et, pour tous, un doute profond sur leur futur professionnel. Le feu, branché sur courant alternatif, a été désacralisé pour beaucoup de cuisiniers « non essentiels ». Alors que retenir d’une année comme celle-là ? Atabula a fouillé dans ses archives encore chaudes et a retenu 20 événements « essentiels » qui, sauf exception, n’auraient pas dû l’être. Deuxième volet où l’on parle des dérives d’Alain Ducasse, de l’Alliance Slow Food, du bon sens de Yoann Conte, d’AtabuLab et d’un ministère de la restauration.