DOSSIER 20 ANS FOODING

Nouvelle plateforme digitale, magazine, développement à l’étranger : entretien avec Frédéric Radigué, nouveau président du Fooding

Présent dans le groupe Michelin depuis presque 18 ans, Frédéric Radigué a pris la présidence du guide Fooding. Depuis quatre ans, il gère les relations avec le Fooding. Indépendance de la marque, futurs projets, développement à l’étranger, nouvel organigramme : entretien | Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Retour sur 20 ans de prix Fooding : entre vrai flair et grand pschitt

En vingt ans, Le Fooding s’est trompé, s’est rattrapé mais il a également su flairer les affaires et les chefs qui allaient encore faire parler d’eux des années plus tard / Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Développement à l’étranger : une voie étroite et dangereuse pour le guide Fooding

En se rapprochant du Michelin, le Fooding se rêvait déjà comme un grand guide international, comptant légitimement sur la logistique et la connaissance du terrain du Bibendum. Mais ni le contexte actuel de la crise sanitaire, ni même la réalité du terrain ne permettent de croire à un tel développement. Décryptage | Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

De New York à Mexico : comment le Fooding est considéré à l’international

Après avoir cassé les codes de la gastronomie en France, le Fooding ambitionne de s’étendre à l’international. Un objectif de longue date porté jusqu’à aujourd’hui par des événements ponctuels et, plus récemment, par les prix distribués à Londres, New York et Mexico à l’occasion de son « Priceless cities best new bistro ». Analyse de l’image du Fooding à l’étranger / Article réservé aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

AtabuLab | Note de synthèse | La bistronomie : un concept toujours opérationnel en 2020 ?

Casser les codes de la restauration, telle était la philosophie de la bistronomie lorsqu’elle a été inventée dans les années 1990. Elle a remis en question le modèle du grand restaurant en proposant une alternative : une cuisine créative dans des établissements conviviaux, à la décoration simplifiée et au service allégé. Nommée en 2004 par le journaliste Sébastien Demorand, lors d’une réunion du Fooding, la bistronomie s’est rapidement imposée dans le vocabulaire médiatique.

Le guide Michelin a difficilement reconnu ces adresses, avec retard et une certaine réticence, en leur décernant des Bib gourmands, puis des étoiles. Près de trente ans plus tard, le terme est toujours utilisé pour catégoriser un type de restaurant. Mais la notion s’est rigidifiée en imposant de nouveaux codes incontournables. Aujourd’hui, la bistronomie est concurrencée par de nouveaux concepts, comme la street-food premium ou la comfort food, mais elle pourrait être stimulée par la pandémie, qui oblige les restaurants à s’adapter à une nouvelle contrainte : celle de la vente à emporter | Cette note de synthèse est réservée aux abonnés

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.