ERIC FRECHON

Retrouvez tous nos articles consacrés au chef triplement étoilé Eric Frechon.


Franck Leroy, fidèle grand soldat du Bristol

Portrait du chef adjoint d’Éric Frechon, salarié du Bristol depuis 25 ans. Au cœur du plus traditionnel des palaces parisiens, il y a Éric Frechon bien sûr, en place depuis 1999. Etats de service du restaurant Epicure : trois étoiles Michelin, septième meilleure table de la capitale sur TripAdvisor (sur 16 134 établissements), une place de…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

La petite histoire des macaronis présidentiels d’Éric Frechon

Assiette préférée de Nicolas Sarkozy, les macaronis farcis à la truffe noire, artichaut et foie gras et gratinés au vieux parmesan sont à la carte du Bristol depuis l’arrivée d’Eric Frechon en 1999.  Il y a sept entrées à la carte d’Epicure, la grande table du Bristol. Parmi elles, un totem : les macaronis farcis à…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

La galaxie Éric Frechon : ses élèves, ses collaborateurs

Principalement depuis son arrivée au Bristol en 1999, le chef et Meilleur Ouvrier de France Éric Frechon a formé environ un demi-millier de cuisiniers. Au-delà du palace parisien, il chapeaute également d’autres toques via les adresses où il appose son nom. Panorama en 47 très courts portraits. LES « BÉBÉS » FRECHON Masanori Uchida, 50 ans Le…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Le moulin de Roland Feuillas s’installe dans le Bristol d’Eric Frechon

Le plus français des palaces parisiens était jusqu’ici l’un des rares établissements à héberger une boulangerie maison. Depuis quelques jours, il va plus loin avec l’installation d’un moulin destiné à transformer les blés du boulanger Roland Feuillas, qui prône du pain « vivant et nature ».

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Conflit entre le chef Eric Frechon et Michel Cohen, son associé au Lazare

Selon nos informations, le torchon brûlerait entre les trois associés de la brasserie Lazare (Paris).…