Assa (Blois) : ma plus grande découverte culinaire de l’année !

Un récital franco-japonais signé Fumiko et Anthony Maubert, sans la moindre faute note, délicat et puissant, poétique et romantique : une très grande table.

Beau ballet au Maquis (18e arr.)

La table montée par deux anciens du Chateaubriand d’Iñaki Aizpitarte joue à merveille une vive partition aux notes puissantes et marquées

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

La Bijouterie (Lyon) : grand bol d’art culinaire

Des “bijoux” culinaires de haute volée à la Bijouterie de nouveau récompensés par un Fooding d’honneur cette année.

Le Coquillage (Saint-Méloir-des-Ondes) : plongée vivifiante en haute mer avec Hugo Roellinger

Il suffit d’un plat pour comprendre que la cuisine peut être engagée, identitaire, déstabilisante.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Chez Maison (11e arr.), Sota Atsumi défait doucement ses cartons

Après avoir épaté son monde au Clown Bar (11e arr.), Sota Atsumi était fortement attendu en sa propre demeure, également cise dans le 11e arrondissement de la capitale. Trop peut-être.