TENDANCES

Inspiration visuelle #9 : Gastronomie, bientôt tous pourris ?

« La fermentation demande du soin, de l’attention, du temps » confiait Marie-Claire Frédéric à Atabula lors d’un récent entretien. De cette citation est née une recherche d’artisons, de Botrytis cinerea, de spores et autres résidus de fermentation. Voyage dans le monde pourri de la gastronomie / Article réservé aux abonnés ATABULA+

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Marie-Claire Frédéric : « La fermentation retrouvera bientôt tout son sens car elle est la représentante de l’anti-uniformisation des saveurs »

En novembre 2019, elle publiait Pourri, aux éditions Les Ateliers d’Argol, une histoire des produits fermentés dans les cultures alimentaires du monde entier. Atabula a rencontré l’auteure, journaliste, blogueuse et restauratrice Marie-Claire Frédéric pour comprendre les relations entre la gastronomie et ce fameux « pourri » / Article réservé aux abonnés ATABULA+.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.

Cocktails en bouteille : Le Barteleur twiste ses classiques

La lecture du livre « Cocktails de Paris » nous enseigne qu’à l’orée des années 30, le bar d’appartement était à la mode. De nos jours, cependant, le manque d’espace ou de temps ne permet pas toujours de se consacrer à l’art délicat des boissons mélangées. C’est pourquoi une offre de cocktails embouteillés se développe depuis quelques années. Si l’expérience connaît des fortunes diverses, quelques marques parviennent à se distinguer en confiant leur élaboration à des professionnels reconnus, parmi lesquelles un nouveau venu au nom inspiré d’une carte du tarot de Marseille : Le Barteleur.

Eve-Marie Zizza-Lalu (Régal et Bottin Gourmand) : « Le confinement a permis de valoriser la qualité éditoriale par rapport à la seule quantité »

Redressement judiciaire du distributeur Presstalis, confinement et crise sanitaire : le monde de la presse a connu des jours meilleurs. Pour Eve-Marie Zizza-Lalu, rédactrice en chef de Régal et Bottin Gourmand, cette situation inédite a permis de faire bouger les lignes et d’avancer sur de nouveaux projets.

Pourquoi les chefs abandonnent le « gastro » : analyse en huit points

Les uns après les autres, à cause de la crise du Covid-19, ils annoncent la fermeture de leur table étoilée. Dans les mois qui viennent, le mouvement devrait encore s’accélérer. Le « gastro », les chefs n’en veulent plus. Reste à savoir pourquoi. Atabula s’est penché sur les causes de ce changement de paradigme loin d’être anodin. Analyse en huit points / Article réservé aux abonnés ATABULA+

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.