06/02/18 - 12h00 - Rectificatif - Contrairement à ce qui a été écrit dans nos colonnes, le restaurant Gordon Ramsay Au Trianon (Versailles) n'a pas perdu sa deuxième étoile cette année mais en 2016. A l'époque, c'est le chef Simone Zanoni qui en dirigeait les cuisines. Son successeur, Frédéric Larquemin (ex-Ducasse boy au Qatar), conserve donc l'étoile de l'établissement dans l'édition du guide rouge dévoilée hier. 


06/02/18 - 10h25 - Qui est le chef Christophe Bacquié ? / Lire notre portrait


06/02/18 - 10h00 - Verbatim - Gabriel Biscay, Meilleur Ouvrier de de France Cuisine 1982 : "Christophe Bacquié  ? C'est un gars qui est très fidèle en amitié, hyper sérieux. D'année en année, sa cuisine s'est améliorée. La dernière fois que j'ai goûté son travail, c'était il y a quatre ou cinq mois. Des gars comme lui, on a pas grand chose à leur apprendre : il possède la finesse, le coup de main juste... Vous lui dites une fois les choses et il comprend. Il a travaillé plus d'un an avec moi chez Prunier à Paris. C'était un garçon toujours sympathique, d'humeur égale." 


05/02/18 - 19h39 - Est-ce un signe de rapprochement entre le Michelin et le Fooding ? En tout cas, le Bibendum surprend en donnant une étoile à une adresse emblématique du néo-bistrot-cool : le Chateaubriand d'Inaki Aizpitarte / Lire notre article


05/02/18 - 19h39 - Des déçus sortent aussi de la soirée Michelin comme L'Amphitryon à Lorient. Olivier Beurné, qui a pris la succession de Jean-Paul Abadie, a seulement conservé l'une des deux étoiles de la maison. À Versailles, le Trianon de Gordon Ramsay ne compte lui aussi plus qu'une étoile. Même sanction pour le Bateau Ivre, restaurant de l'hôtel Ombremont à Bourget-du-Lac (Savoie).


05/02/18 - 19h00 - Découvrez toute la sélection du guide Michelin France 2018


05/02/18 - 18h57 - Premier entretien exclusif avec Christophe Bacquié - Lire l'entretien :"Tout le monde de la gastronomie a l’air content pour moi"


05/02/18 - 18h37 - Pas de troisième étoile pour le chef Jean-François Piège / Lire notre article "Jean-François Piège bloqué à deux étoiles : « Pour que rien ne change, il faut que tout change »


05/02/18 - 18h37 - Pas de nouvelle table trois étoiles à Lyon à la Mère Brazier. Lire notre article "Mathieu Viannay ou la désillusion lyonnaise"


05/02/18 - 18h30 - Lire notre article "Deux étoiles pour le Restaurant Flaveur (Nice) : la consécration attendue des frères Tourteaux"


05/02/18 - 18h30 - Christophe Bacquié gagne également une troisième étoile pour son restaurant au Castellet ! Acclamations dans la salle.


05/02/18 - 18h28 - Marc Veyrat : "Faisons une chaine humaine car l'alimentaire de tous les jours est en danger" à propos de sa fondation. Le chef au chapeau parle de ses anciens : Jean Sulpice, Yoann Conte, Emmanuel Renaut, mais aussi Stéphane Froidevaux.


05/02/18 - 18h23 - Le chef Marc Veyrat gagne une troisième étoile pour son restaurant La Maison des Bois (Manigod)


05/02/18 - 18h17 - Lire notre article "Bruno Cirino (L’Hostellerie Jérôme, La Turbie) retrouve la deuxième étoile retirée par le Michelin en 2014"


05/02/18 - 18h15 - Hallucinant, aucun restaurant deux étoiles à Paris. David Toutain est de nouveau oublié !!!


05/02/18 - 18h12 - Lire l'article "Nicolas Thomas (La Promenade, Verfeil) obtient sa première étoile"


05/02/18 - 18h09 - Nouveau deux étoiles - Flaveurs, des frères Tourteaux (Nice)


05/02/18 - 18h07 - Lire notre article sur Alan Geamm, nouveau chef étoilé


05/02/18 - 18h04 - Nouveau deux étoiles : L'Hostellerie Jérôme, de Bruno Cirino. Il retrouve sa deuxième étoile, perdue en 2014.


05/02/18 - 18h01 - Nouveau deux étoiles : Takao Takano... qui n'est pas là.... Et deux étoiles pour Jean-Sulpice à l'Auberge du Père Bise (Talloires).


05/02/18 - 17h58 - Nouveau chef deux étoiles : Au 14 février (Saint-Amour-Bellevue),


05/02/18 - 17h51 - Une étoile pour Ima (Rennes), le restaurant de Julien Lemarié déjà meilleur sophistroquet Fooding 2018 / Lire notre article


05/02/18 - 17h51 - À noter : aucune femme dans le palmarès des nouvelles tables à une étoile. L'an dernier, seule Fanny Rey (Aix-en-Provence) avait reçu l'étoile l'an dernier.


05/02/18 - 17h50 - L'étoile du chef Inaki Aizpitarte (Le Chateaubriand) est une vraie surprise ! Atabula y reviendra.


05/02/18 - 17h45 - Nouveaux étoilés (1 étoile) de la région Sud-Est - L'Atelier Issoiren (Issoire), L'Emulsion (Bourgoin-Jallieu), Les Frets (Evian), La Maison Martin (Valbonne), La Table de la Ferme (Sartene), Louison (Aix-en-Provence), La Table de Manville (Les Baux-de-Provence), Santa-Marina (Corse)


05/02/18 - 17h37 - Nouveaux étoilés (1 étoile) de la région Sud-Ouest - L'Almandin (Saint-Cyprien), L'Auberge de la Tour (Marcolés), La Barbacane (Carcassonne), La Chapelle Saint-Martin (Limoges), Chateau de Cordeillan-Bâges (Pauillac), Garopapilles (Bordeaux), Le Grand Cap (Leucate), Le Jasmin (Villeneuve-sur-Lot), La Promenade (Verseilles), Sept (Toulouse), Le Quatrième Mur (Bordeaux)


05/02/18 - 17h37 - Nouveaux étoilés (1 étoile) de la région Île-de-France : Table de Bruno Verjus (Paris), Alan Geaam (Paris), L'Arcane (Paris), Inaki Aizpitarte (Paris), L'Écrin (Paris), Comice (Paris), Copenhague (Paris), Le Domaine de la Corniche (Rolloboise), Emporio Armani Caffe (Paris), Jean Chauvel (Boulogne-Billancourt), Ken Kawasaki (Paris), Loiseau Rive Gauche (Paris), Mavrommatis (Paris), Monté (Paris), Quinsou (Paris)


05/02/18 - 17h23 - Nouveaux étoilés (1 étoile) de la région Nord-Est : Château de Courban (Courban), Jérôme Feck (Châlons-en-Champagne), Le Marcq (Marcq-en-Bareuil), L'eau des Vignes (Macon), Transparence (Nancy)


05/02/18 - 17h23 - Nouveaux étoilés (1 étoile) de la région Nord-Ouest : Auberge de Bagatelle (Le Mans), Auberge Grand-Maison (Mur-de-Bretagne), L'Essentiel (Deauville), L'Hysope (La Rochelle), IMA (Rennes), Intuition (Saint-Lo), Le Pousse-Pied (La Tranche-sur-Mer)


05/02/18 - 17h16 - Michael Ellis appelle sur scène Anne-Sophie Pic, "marraine" des nouveaux étoilés 2018.


05/02/18 - 17h12 - Pierre Gagnaire descend sur scène. "20 ans de trois étoiles" pour le chef trois étoiles de la rue Balzac (Paris).


05/02/18 - 17h10 - Michael Ellis vient d'arriver sur scène. Dans les coulisses : Marc Veyrat. Dans la salle, plus de 200 chefs sont présents.


05/02/18 - 17h00 - Claire Dorland-Clauzel : "La gastronomie française est le phare de la gastronomie mondiale". Elle rappelle par la même occasion le rôle économique de la gastronomie et celui du guide Michelin.


05/02/18 - 17h00 - Claire Dorland-Clauzel : "Paul Bocuse, c'est le père de la gastronomie française moderne. Il a mis le produit et le terroir au centre. Il a fait sortir les cuisiniers de leur cuisine et a rendu internationale la gastronomie française. Et il a transmis autour de lui. Ce monsieur est parti. Ses trois étoiles sont au firmament. Il a laissé un immense héritage".


05/02/18 - 16h57 - La cérémonie vient de commencer avec un film qui montrent les cérémonies Michelin du monde entier et quelques images de Paul Bocuse


05/02/18 - 16h30 - La cérémonie commencera avec un petit peu de retard


05/02/18 - 16h26 - Verbatim - Yannick Alléno à propos de Christophe Bacquié : "Christophe Bacquié est un chef extraordinaire, un bosseur. Je me rappelle lui avoir prêté les cuisines du Meurice (Paris) pour qu’il prépare l’épreuve de MOF en 2004. J’ai été son coach et cela n’a pas été facile tous les jours. C’est une épreuve dure, où il faut puiser dans ses ressources. Il a connu des moments de découragement et j’ai dû le pousser pour qu’il a aille jusqu’au bout, avec le résultat positif que l’on connaît. L’an dernier, alors qu’il n’avait pas obtenu sa troisième étoile, il est venu me voir pour me demander quoi faire. Je lui répondu simplement : accroche-toi, continue à bosser, ne lâche pas tes fourneaux et le travail paiera. Tôt ou tard. Voilà le résultat ! Je connais Christophe depuis très longtemps, époque Prunier à Paris. En cuisine, nous l’appelions le Corse. Puis il est parti en Corse justement, à la Villa à Calvi où j’avais la chance d’aller de temps en temps. Déjà, nous parlions de ses plats, de sa cuisine. Je suis sincèrement heureux pour lui. Chacun son tour d’obtenir les trois étoiles. Le Michelin sait reconnaître le travail des chefs. "


05/02/18 - 16h10 - En direct de la cérémonie Michelin


05/02/18 - 16h08 - "Le Castellet", où exerce le nouveau chef trois étoiles Christophe Bacquié, est le sujet le plus associé au guide Michelin dans les recherches Google depuis le milieu de la matinée. Vient ensuite Jean-François Piège, l'éternel maudit de la troisième étoile à égalité avec "Top Chef", preuve que l'image du chef du Grand Restaurant est indissociable de l'émission de télé-réalité. L'autre néo-trois étoiles, Marc Veyrat, se classe en cinquième position, un peu en-dessous de Christophe Bacquié. La rumeur circulant sur son nom depuis un certain temps déjà, sa nomination a certainement moins surpris les internautes. Autre fait intéressant, la Bourgogne est la région de France où les recherches autour du Michelin sont les plus vives ces dernières heures, suivie par l'Auvergne et Rhône-Alpes. Globalement, on constate que la moitié Est de la France s'intéresse bien plus au guide que le reste du pays.


05/02/18 - 16h06 - Comme l'année dernière, c'est Faustine Bollaert qui animera la cérémonie de la sortie du guide Michelin France 2018. Figure bien connue de France Télévision, elle a animé Le Meilleur Pâtissier de 2012 à 2017 avant de revenir sur le service public où elle anime tous les jours à 13h50 sur France 2, l'émission testimoniale "Ça commence aujourd'hui".


05/02/18 - 16h00 - Du côté de la Seine Musicale (Boulogne)


05/02/18 - 15h55 - Découvrez les photos du menu "La Grande Fêtes dans le étoiles" (395 euros) actuellement servi à la Maison des Bois du chef Marc Veyrat - Voir les photos du diner


05/02/18 - 15h25 - Verbatim - Guillaume Royer, second de cuisine avec Christophe Bacquié de 2005 à 2015, actuellement chef à l'Abbaye de la Bussière (La Bussière-sur-Ouche) : "Je suis super heureux pour lui. Il a travaillé avec acharnement pendant des années. Je suis fier. Durant les 10 années passées à ses côtés de 2005 à 2015, nous avons sans cesse cherché à nous améliorer, à chercher, car Christophe est quelqu'un de très exigeant qui sait ce qu'il veut. On travaillait dur, d'autant que la maison est ouverte 11 mois dans l'année. De part son exigence, Christophe Bacquié peut être quelqu'un d'impulsif. Quand quelque chose ne lui convient pas, on le sait tout de suite... Par ailleurs, c'est quelqu'un de très humain et proche de ses équipes. J'ai été très heureux de collaborer avec lui car nous partageons les mêmes valeurs autour du travail et de la défense des bons produits. Ensemble nous avons mis au point un certain nombre de plat qu'il a continué à affiner. Le poulpe, avec ses petites légumes et son sabayon représente bien la cuisine de Christophe basée sur les produits locaux mais qui va au-delà de la Provence. C'est une cuisine inspirée du sud de la France dans son ensemble. Je n'ai pas un souvenir plus fort que les autres qui me revient parce qu'on a toujours travaillé avec une grande intensité. Peut-être l'obtention de la deuxième étoile en 2007 quand Christophe était encore en Corse et puis mon titre de MOF en 2015."


05/02/18 - 15h15 - Le chef Christophe Bacquié a appris l'arrivée de la troisième étoile par... voie de presse ce matin. Il assure à Atabula que le Michelin ne l'a pas appelé. Entretien à venir sur Atabula dès l'annonce officielle des résultats.


05/02/18 - 14h42 - Premier papier décryptage d'Atabula :

.


05/02/18 - 13h22 - Verbatim - Stéphanie Le Quellec (Le Prince de Galles - Paris), en réaction à la troisième étoile Michelin de Christophe Bacquié : "C'est un bon copain, je suis hyper émue... Même si cela fait des années que je suis derrière lui, j'avais les larmes aux yeux en l'apprenant ce matin... C'est presque comme si cela tombait pour moi. Je sais ce que ça représente pour lui : l'investissement, la souffrance, une rigueur de travail énorme, l'abnégation... En trois ans, il y a eu une évolution superbe, il est sorti des carcans, lâche totalement prise. Sa sincérité a payé et je m'en réjouis. Un plat à retenir chez Christophe Bacquié ? Son aïoli de poulpe. Je me rends à l'Hôtel du Castellet une à deux fois par an et il sait qu'il est obligé de me le faire, j'adore, c'est mon plat. Il y a à la fois une simplicité et une extrême sophistication dans cette assiette. Le poulpe est évidemment d'une cuisson parfaite, chaque petit légume affiche un jeu de texture, un jeu de température. Cet aïoli est finalement l'expression de son terroir, il emmène dans une autre dimension avec un supplément d'âme. Voilà le résumé d'un restaurant trois étoiles Michelin à mes yeux."


05/02/18 - 13h04 - Marc Veyrat : "Quand la critique est injuste, ou fausse, je réagis à la mesure de l'injustice. Un client étranger me dit un jour à Megève : 'Vous m'avez servi de la viande qui sortait du congélateur !'. 'un coup, j'ai tiré la table, ils se regardaient les genoux, et je leur ai dit : 'Voilà, le repas est fini. Et vous allez payer, pour l'insulte que vous m'avez faite, à moi et à mon personnel !'. Il y a un moment de malaise, ils ont quitté la salle. Le client a payé son addition, est remonté dans sa voiture. On l'a entendu klaxonner, il était parti tout seul et il attendait sa femme, qui s'était réfugiée dans les toilettes et qui n'osait plus en sortir. »(Source - Un chemin de fleurs et d'épines / Michel Lafon / 2017)


05/02/18 - 12h29 - Marc Veyrat : "C'est vrai que, curieusement, en tout cas chez Michelin, j'étais l'un des rares trois étoiles à n'appartenir à aucune loge". Le chef de Manigod est l'un des rares chefs à n'appartenir à aucune loge maçonnique, dont le poids est très important au niveau des chefs deux et trois étoiles en France. (Source - Un chemin de fleurs et d'épines / Michel Lafon / 2017)


05/02/18 - 12h05 - Ce que disait Christophe Bacquié à Atabula en 2016 : "J’ai suffisamment dit mon ambition d’aller plus haut, je ne souhaite plus en parler. Des clients en ont envie pour nous, certains journalistes en ont envie aussi. Après, je n’y pense pas tous les matins en me rasant mais je reconnais penser qu’on en a la possibilité parce qu’on travaille beaucoup. Je parle toujours très modestement mais j’ai des certitudes sur la cuisine que nous proposons. Encore une fois, pour le Michelin, ça n’est que ‘certainement’. Est-il juste ? Oui, il fait son travail, moi le mien. Être cité parmi les potentiels trois étoiles fait toujours plaisir mais ça peut être dangereux. Voilà pourquoi il faut un entourage extrêmement serré à ses côtés, ce que j’ai la chance d’avoir. Je ne vous cache pas que les dernières semaines avant les résultats du guide, je dormais très mal. Même si rien ne sort, on va à la pêche aux infos. Comment gère-t-on ça ? On ne gère pas justement… A un moment donné, même si on ne veut pas y penser, on y pense quand même. Je ne reste qu’un homme. Il faut se dire que cette situation pourrait être votre quotidien jusqu’à ce que ça arrive… ou que ça passe." - Lire son entretien en intégralité


05/02/18 - 11h55 - Parmi les chefs qui détiennent trois étoiles au guide Michelin, il y a donc désormais... neuf chefs auréolés du titre de Meilleur Ouvrier de France (MOF) :

Michel Guérard (Les Près d'Eugénie) / MOF (pâtisserie) 1958

Paul Bocuse, (restaurant Paul Bocuse) / MOF (cuisine) 1961

Eric Frechon (Le Bristol) / MOF (cuisine) 1993

Gilles Goujon (Auberge du Vieux Puits) / MOF (cuisine) 1996

Frédéric Anton (Le Pré Catelan) / MOF (cuisine) 2000

Eric Pras (Lameloise) / MOF (cuisine) 2004

Emmanuel Renaut (Flocons de Sel) / MOF (cuisine) 2004

Christophe Bacquié (Hôtel du Castellet) / MOF (cuisine) 2004

Alain Ducasse (Plaza Athénée) / MOF (cuisine) honoris causa 2015


05/02/18 - 11h46 - D'après nos informations, le chef Jacques Decoret (Maison Decoret, Vichy) n'a pas reçu d'invitation de la part du Michelin. Cela veut dire que le chef devrait stagner cette année encore à une étoile. Un classement totalement incompréhensible au regard de la qualité des assiettes délivrées. Certains professionnels du secteur estiment que des raisons politiques - et non la qualité de l'assiette - expliquent l'inertie du Michelin face à l'une des plus tables de la région Auvergne-Rhône-Alpes.


05/02/18 - 11h23 - Retour sur le grand entretien avec Christophe Bacquié sur Atabula (réalisé en 2016) / Grand entretien avec Christophe Bacquié : « La manière dont je travaille n’est que le reflet de ma vie »


05/02/18 - 10h51 - Le magazine Le Point annonce le nom des deux nouveaux trois étoiles Michelin pour le guide 2018 : Marc Veyrat (La Maison des Bois, Manigod) et Christophe Bacquié (L'Hôtel du Castellet, Le Castellet) / Lire sur Le Point


05/02/18 - 10h29 - Troisième étoile ou pas pour Marc Veyrat, il faudrait se rappeler qu'en 2015, le chef de Manigod avait demandé au Michelin de ne pas être cité dans le guide 2106. Ce que fit le Bibendum sans broncher. L'année suivante, l'homme au chapeau vire sa cuti et.... prend immédiatement deux étoiles. La jurisprudence "Bras" selon laquelle les chefs demandent ce qu'ils veulent au guide est en réalité déjà ancienne...


05/02/18 - 09h55 - Est-ce que le Plaza Athénée aurait pu obtenir.... six étoiles ? Peut-être bien. Il y a quelques années, l'ancien directeur des guides Michelin, Jean-Luc Naret (aujourd'hui, directeur général de La Réserve), avait proposé à Joël Robuchon de rejoindre le Plaza pour monter un second restaurant gastronomique, à côté de celui tenu par Alain Ducasse. D'après nos informations, Jean-Luc Naret aurait même dit qu'il se verrait bien mettre deux fois trois étoiles au Plaza Athénée. Joël Robuchon n'a finalement pas donné suite au projet.


05/02/18 - 09h18 - Le Michelin va-t-il proposer de nouveaux pictogrammes dans son guide France 2018 ? Qualité du service ? Qualité de la pâtisserie ? Prise en compte du développement durable ? Sur ce dernier point, il semblerait que la réflexion ait avancé et des inspecteurs auraient abordé le sujet avec quelques chefs en 2017. Mais le Michelin avance doucement...


05/02/18 - 09h07 - Marc Veyrat récompensé d'une troisième étoile ? Voilà probablement la seule et unique rumeur entendue par presque toute les brigades de France ces derniers jours. Tient-elle la route ? Assurément oui ! Le célèbre chef au chapeau a su mettre la pression au Michelin ces derniers temps, avant de livrer à Atabula qu’il se retirerait de la course aux étoiles s’il n’obtenait pas le Graal. Marc Veyrat, qui a déjà connu l’honneur des trois étoiles et même du 20/20 du Gault&Millau, fera le déplacement jusqu’à Paris avec la certitude du vainqueur. D'autant plus que, d'après nos informations, le directeur Michael Ellis, devait monter à Manigod ces jours-ci. Mais, ayant peur des fuites, il a préféré annuler / Lire sur Atabula sa dernière interview : "« Si je n’ai pas la troisième étoile cette année, je me retire des guides »


05/02/18 - 08h46 - La communication du Michelin est entrée dans l'ère du voyeurisme et du sensationnel. Ce matin sur Europe 1, mais ce sera la même chose sur RTL et ailleurs, les chefs sont enregistrés lorsqu'ils apprennent qu'ils vont recevoir une étoile cette année. Séquence émotion, pleurs, "merci Michelin"... Autrement dit, le Michelin scénarise cette annonce et veut communiquer sur la réaction des chefs pour valoriser son image et sa puissance. Si cela est de bonne guerre à une époque où le marketing prend le pas sur le fond, cela aurait été totalement inimaginable il y a encore quelques années. Les temps changent.


05/02/18 - 08h28 - Le guide Michelin France devrait compter 621 tables étoilées cette année, soit cinq de plus qu'en 2017. Depuis 2009, la progression n'est que de 13,3%, soit la plus faible au niveau européen / Voir notre infographie sur l'évolution du nombre de restaurants étoilés en France depuis 2009


05/02/18 - 08h14 - Marine Bidaud et Alexandre Cammas, respectivement directrice et co-fondateur du Guide du Fooding, seront présents à la conférence du presse du Michelin. Les huiles du Michelin - Claire Dorland-Clauzel et Michael Ellis - étaient présents à la soirée du guide du Fooding il y a quelques mois. Pour rappel, Michelin a pris une participation de 40% dans ce dernier.


05/02/18 - 07h11 - C'est aujourd'hui que seront annoncées les nouvelles tables étoilées dans le guide France 2018. À l'exception de la rumeur insistante concernant Marc Veyrat, aucune fuite n'est à signaler ! Un exploit et quasiment une première pour le guide Michelin.


04/02/18 - Approximation journalistique ou grand n'importe quoi chez Michelin ? Dans un entretien à France Info, Michael Ellis explique que les nouveaux étoilés ont été prévenus : "On a essayé cette année de garder le secret au maximum. On a seulement prévenu les nouveaux étoilés dimanche matin, pour que ceux qui sont en dehors de Paris puissent s’organiser pour venir à la cérémonie." Or, dans un entretien à l'AFP, le même Michael Ellis explique que les nouveaux chefs étoilés ne sont pas prévenus. Changement de stratégie ? Quiproquo ?


04/02/18 - Les chefs qui perdent une ou plusieurs étoiles dans le guide Michelin France 2018 sont prévenus par téléphone depuis ce matin, et ce  jusqu'à demain matin (source - Entretien de Michael Ellis à France Info)


04/02/18 - À lire ailleurs - L'Express - "René et Maxime Meilleur: "Nos 3 étoiles Michelin nous ont fait gagner 10 ans"


04/02/18 - Il semblerait que de nombreux chefs étrangers soient honorés d'une nouvelle étoile cette année dans le guide Michelin France 2018. Est-ce un premier signe du rapprochement avec le Fooding (Michelin a pris une participation à hauteur de 40% du Fooding en 2017) ? Le guide dirigé par Alexandre Cammas avait, justement, mis en avant la forte présence des chefs étrangers dans sa sélection de cette année.


04/02/18 - Quelque 200 chefs étoilés sont annoncés pour l'annonce de la sélection 2018 du guide Michelin France. Le Premier ministre Edouard Philippe devrait être également présent.


04/02/18 - Selon l'AFP, le Michelin inaugure cette année un nouveau système de "parrainage" pour aider les nouveaux restaurateurs étoilés. Le premier parrain est une marraine : Anne-Sophie Pic / Lire l'article


04/02/18 - La citation du jour qui va faire réfléchir beaucoup de chefs, surtout après l'annonce de la sélection demain, lundi.


02/02/18 - Egalement attendus ce lundi 5 février 2018, les chefs doublement étoilés Nicolas Stamm (La Fourchette des Ducs - Obernai), Serge Vieira (Serge Vieira - Chaudes-Aigues), Mauro Colagreco (Mirazur - Menton), Dimitri Droisneau (La Villa Madie-Cassis), Philippe Mille (Les Crayères - Reims), Mathieu Viannay (La Mère Brazier - Lyon) ainsi que Christophe Pelé (Le Clarence - Paris).


02/02/18 - Parmi les chefs doublement étoilés invités qui devraient être présents à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) lors de l'annonce du palmarès du guide Michelin 2018 ce lundi 5 février 2018 : Jérôme Banctel (La Réserve - Paris), Yoann Conte (Yoann Conte - Veyrier du Lac), Sylvestre Wahid (Sylvestre Wahid - Paris), Franck Putelat (Franck Putelat - Carcassonne), Patrick Henriroux (La Pyramide - Vienne), Laurent Petit (Le Clos des Sens - Annecy), Christophe Bacquié (Christophe Bacquié - Le Castellet) ou encore Marc Veyrat (La Maison des Bois - Manigod).


02/02/18 - Nadia Sammut (Auberge de la Fénière, Cadenet) cuisinera pour la soirée de lancement du Michelin lundi 5 février. Elle en fait l’annonce sur son profil Facebook personnel.


02/02/18 - La conférence de presse du guide Michelin du lundi 5 février 2018 se déroulera comme annoncé par Bibendum à la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). On en sait désormais plus sur le lieu exact : il s'agira de l'espace "Grande Seine" qui peut accueillir (configuration assise) jusqu'à 4 000 invités. A noter que pour la première fois cette année en France, le guide rouge a invité les futurs lauréats mais également des cuisiniers qui repartiront bredouille. Un format façon Oscars vanté par le patron des guides Michaël Ellis.


02/02/18 - Parmi les chefs étoilés invités qui devraient être présents à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) lors de l'annonce du palmarès du guide Michelin 2018 ce lundi 5 février 2018 : Vivien Durand (Le Prince Noir - Lormont), Thibault Sombardier (Antoine - Paris), David Toutain (David Toutain - Paris), Akrame Benallal (Akrame - Paris), Sébastien Sanjou (Le Relais des Moines - Les Arcs sur Argens), Stéphanie Le Quellec (Le Prince de Galles - Paris), Benjamin Collombat (Château de Berne - Lorgues), Julien Boscus (Les Climats - Paris), les frères Tourteaux (Saveur - Nice), Alain Pégouret (Laurent - Paris), Bruno Cirino (L'Hostellerie Jérôme - La Turbie), Alexandre Mazzia (restaurant AM - Marseille), Lionel Lévy (Intercontinental Hôtel Dieu - Marseille), Christopher Hache (Le Crillon - Paris) ou encore Gaël Orieux (Auguste - Paris).


02/02/18 - Depuis quelques années, le Michelin a réussi à couper court aux fuites. Pourquoi ? Non seulement parce que le Bibendum a pris quelques mesures en interne, mais aussi et surtout parce que l'auteur présumé des fuites est... mort. Il s'agissait d'un inspecteur un petit peu trop bavard, ancien pâtissier de métier, mort brutalement en 2014.


02/02/18 - La citation du jour


02/02/18 - Papier très fouillé des Echos Week-end autour de Bibendum. "Guide Michelin : la guerre des étoiles" titre la version magazine du quotidien économique / Lire l'article 


02/02/18 - Discussion avec un inspecteur Michelin :

Si vous vous présentez parfois à la fin du repas, vous essayez de rester anonyme le plus longtemps possible. Y arrivez-vous ?

"C’est bien évidemment une mission compliquée. Nous savons que les chefs s’appellent pour donner le nom et le numéro de téléphone qui a servi à la réservation, la plaque d’immatriculation de notre voiture, pour décrire notre allure physique ou, tout simplement, précise qu’un inspecteur tourne dans la ville ou la région. Certains chefs ont la liste des noms des inspecteurs, leurs téléphones et même leur pseudo. De fait, nous commençons généralement nos tournées par les tables les plus sensibles, c’est-à-dire les restaurants étoilés. Ensuite, nous pouvons faire quelques tables dans une ville, puis partir ailleurs avant d’y revenir. Même si nous sentons que nous avons été démasqués, notre expérience nous permet de juger rapidement de la qualité objective du chef." / Lire l'article "Discussion imaginaire (ou pas) avec un inspecteur du guide Michelin


01/02/18 - "Non, on ne peut pas acheter son étoile dans le guide Michelin". Ces mots sont de l'Américain Michael Ellis, patron des guides rouges, dans un entretien accordé au magazine L'Express publié le 27 janvier dernier. L’étoile Michelin ne s’achète donc pas. Mais à supposer qu'on puisse l'acquérir contre monnaie sonnante et trébuchante, combien coûterait-elle ? / Lire l'article


01/02/18 - À la recherche de la troisième étoile, avec Laurent Petit, chef du Clos des Sens à Annecy. L'une des (rares) tables coup de coeur d'Atabula cette année / Lire l'article


31/01/18 - Le chef pâtissier du George V, Maxime Frédéric, cuisinera pour la soirée de lancement du guide Michelin 2018 / Lire notre grand portrait de Maxime Frédéric


31/01/18 - La citation du jour


31/01/18 - Notre confrère Jacques Gantié (Nice Matin) revient sur les potentiels lauréats dans sa région. Parmi les noms cités : les frères Tourteaux à Nice (restaurant Flaveur) et Sébastien Sanjou aux Arcs-sur-Argens (Le Relais des Moines) qui pourraient selon lui accéder à une deuxième étoile Michelin dans quelques jours / Lire l'article sur son blog


31/01/18 - À la recherche de la troisième étoile, avec le chef Alexandre Couillon / Lire l'article


30/01/18 - Sébastien Bras s'est prononcé sur la page officielle de la Maison Bras après la décision du Michelin de supprimer le restaurant dans le guide Michelin 2018 : "Conformément à mes souhaits, le Guide Michelin a annoncé qu’il retirait le restaurant Le Suquet, à Laguiole, de sa sélection 2018. Nous tenons à l’en remercier.
J’ouvre ainsi un nouveau chapitre de ma vie professionnelle sans les étoiles du guide rouge, mais toujours avec autant de passion pour la cuisine. Nous allons bien sûr continuer, avec notre équipe fidèle, à faire vivre au Suquet cette expérience magique de l’Aubrac, toujours avec cette quête de l’excellence. Nous préparons déjà activement l’ouverture annuelle du Suquet le 5 avril avec beaucoup d’enthousiasme et nous nous attelons également à de nombreux projets. A bientôt. Sébastien Bras"


30/01/18 - Découvrez l'infographie de l'évolution du nombre de restaurants étoilés dans les cinq principaux pays européens. Si la France est le pays le plus étoilé en Europe, il est aussi celui qui a le moins progressé sur ces huit dernières années - Voir l'infographie


30/01/18 - La comparaison de la cérémonie de la remise des étoiles Michelin avec celle des Oscars, faite par Michael Ellis il y a peu, n’est pas usurpée. Lundi 5 février, le Bibendum va mettre les petits plats dans les grands avec la mise en place d’un important dispositif vidéo à l'américaine / Lire l'article


30/01/18 - Notre billet "Opinion" sur l'abdication du Michelin suite à la décision du guide de supprimer les trois étoiles de la Maison Bras / Lire l'article "Suppression des trois étoiles de la Maison Bras : l’abdication du Michelin"


30/01/18 - Ce n’est pas une surprise, mais… un petit peu quand même. Alors même que la communauté des chefs était très partagée sur le demande du chef Sébastien Bras de rendre ses trois étoiles de sa maison emblématique de Laguiole, le Michelin a décidé de suivre cette demande / Lire l'article "Michelin va supprimer les trois étoiles de la Maison Bras dans le guide Michelin 2018"


28/01/18 - Info ou intox ? / Toujours selon Michael Ellis dans l'Express, le fait que Michelin Travel Partner soit "adossé à une entreprise du CAC40 qui est bénéficiaire et leader sur son segment de marché de pneumatiques" permettrait à la filiale d'être indépendante financièrement. Cela était vrai il y a quelques années, mais ne l'est plus. Depuis une petite dizaine d'années, la pression est mise sur les équipes des guides pour faire des économies. Depuis la vente de l'ancien siège sis au 64 avenue de Breteuil (Paris) jusqu'à la présence de partenaires pour le lancement des nouveaux guides et lors des soirées de lancement (rappel : il est demandé entre 200 000 et 250 000 euros pour être sponsor au niveau mondial), en passant par la possibilité de payer pour qu'un restaurant soit référencé sur le site restaurant.michelin.fr, la filiale MTP doit réduire au maximum ses dépenses. L'indépendance financière a aujourd'hui... un prix.


28/01/18 - Info ou intox ? / Selon Michael Ellis, "le changement de chef n'est pas à lui seul la raison d'une perte d'étoile. Si l'équipe toute entière demeure et qu'elle maintient le niveau, il n'y a pas de raison d'en retirer." Parfois vrai, parfois faux. Ainsi, le double retrait de la deuxième étoile pour les deux restaurants de la K2 Collections à Courchevel suite au départ du chef Nicolas Sale. À l'exception de ce dernier, les équipes sont restées en place et le niveau n'a pas baissé. N'ayant pas pu goûter les assiettes pour des raisons de calendrier, le Michelin avait préféré enlever des étoiles plutôt que de maintenir les deux fois deux étoiles.


28/01/18 - Une citation qui en dit long sur les belles "opportunités" des étoiles du guide Michelin


28/01/18 - Info ou intox ? /Le directeur des guide Michelin Michael Ellis répond-il honnêtement dans l’interview accordée à l’Express la semaine dernière ? Pas vraiment. Sur la question du choix des villes où le guide s’installe, il oublie de parler de l’importance des partenaires financiers. Sans ces derniers, le guide ne s’installe pas. Mais pas un mot là-dessus. Sur les critères pour obtenir l’étoile, Michael Ellis refuse de parler de la qualité du cadre et de la capacité du chef à recevoir les étoiles pour l’obtention de la précieuse récompense. Quant à la question de l’indépendance financière du guide, le Texan répond totalement à côté de la plaque. C’est pourtant là l’une des clés principales pour comprendre les errements actuels et à venir du guide Michelin. Pire encore, Michael Ellis est capable de dire que le Michelin a raté la bistronomie car elle n’entre pas dans les clous des cinq critères du guide.


26/01/18 - Combien de nouvelles tables à trois étoiles cette année ? L’an dernier, une seule s’était distinguée : le 1947 du chef Yannick Alléno qui propose, sur cette saison hivernale 2017-2018, un menu tout à fait exceptionnel et d’une puissance gustative rare. Pour l’édition 2018, les rumeurs vont bon train et si la tendance était à deux nouveaux trois étoiles, il se murmure dorénavant qu’il y en aurait… trois. Mieux, ce serait trois tables provinciales.


25/01/18 - Citation du chef Marc Veyrat relative à sa volonté de gagner une troisième étoile à Manigod et des conséquences si sa Maison des Bois resterait à deux étoiles / Lire l'interview complète du chef


25/01/18 - Jean Sulpice et le Michelin : c’est tendu – Mais que se passe-t-il vraiment du côté de l’Auberge du Père Bise à Talloires ? L’ouverture du restaurant repris par Jean Sulpice fut l’un des grands événements de l’année 2017. Côté fréquentation, les chiffres semblent bons. Mais les rumeurs sont nombreuses et concordantes sur le fait que la maison ne tourne pas tout à fait rond. L’assiette n’est malheureusement pas au rendez-vous, le chef est sur les rotules et, selon nos informations, les rendez-vous avec les inspecteurs du Michelin se seraient plutôt mal passés, voire très mal passés. Pour Jean Sulpice, l’arrivée à Talloires constitue un véritable défi, à tous les niveaux. Économique bien sûr – on parle d’un investissement autour de 12 millions d’euros –, mais aussi culinaire : d’un seul menu hivernal, le chef et son équipe doivent désormais assurer pendant les quatre saisons. D’un seul restaurant gastronomique, ils doivent désormais assurer également un bistrot et un hôtel. Quid alors du Michelin 2018 ? Est-ce que le Bibendum va conserver la trop facile habitude de remettre les deux étoiles présentes à Val Thorens à Talloires ? Pas sûr du tout. Reste l’inévitable question : pourquoi le Gault & Millau lui a décerné son titre de cuisinier de l’année ? La réponse semble malheureusement évidente : un coup marketing. Jeune, sportif, dynamique, charismatique, incarnant la vitalité d’une gastronomie qui ose, Jean Sulpice est un ambassadeur parfait pour porter l’image d’un guide qui cherche à en imposer. Reste désormais à l’assiette de retrouver le niveau. Jean Sulpice sait faire mais il faut lui laisser du temps.


24/01/18 - Au printemps 2007, l'assureur lyonnais C & D Assurance a fait parler de lui en lançant une "garantie perte d'étoile Michelin". L'entreprise proposait aux futurs souscripteurs d'allouer un budget pour redresser l'image de leur établissement via les conseils d'une agence de communication.


24/01/18 - Entré chez Michelin en 1968, à la tête du guide rouge depuis 1984, Bernard Naegellen a fait place en 2001 à un successeur... britannique, Derek Brown. Deux étrangers occuperont par la suite des fonctions similaires : l'Allemande Juliane Caspar et l'Américain Michael Ellis, encore en poste aujourd'hui.


24/01/18 - Qui se souvient des 23 premiers restaurateurs français auréolés de trois étoiles au guide Michelin ? C'était en 1933. Parmi eux : Eugénie Brazier (Lyon), Marie Bourgeois (Priay), Fernand Point (Vienne), André Terrail (Paris), Joseph Barattero (Lamastre), Francis Carton (Paris) ou encore François Pernollet (Belley).


24/01/18 - Citation du chef Sébastien Bras (Maison Bras - Laguiole). Le 20 décembre 2017, il annonçait vouloir ouvrir un nouveau chapitre de sa vie professionnelle sans la récompense du guide rouge. En 1999, son père Michel Bras obtenait le Graal Michelin.


24/01/18 - Selon nos informations, Michelin demanderait entre 200 000 et 250 000 euros aux marques pour être présentes sur l'ensemble des soirées de lancement des guides à travers le monde.


24/01/18 - Guide Michelin 2017 : les 40 tables oubliées  – L'an dernier, nous avions établi une sélection de restaurants qui auraient dû selon nous se hisser à une, deux ou trois étoiles / Lire l'article 


24/01/18 - Deux étoiles pour la Tour d’Argent  ? – La vue, le service, la carte des vins, l’assiette et l’histoire d’une maison exceptionnelle qui fait tout depuis quelques années pour redorer le blason de la Tour. Cela devrait pouvoir justifier une deuxième étoile pour le chef Philippe Labbé qui s’est désormais bien installé dans les cuisines perchées du Quai de la Tournelle. La rumeur lui accorde une deuxième étoile cette année. Espérons-le pour la gastronomie française qui a besoin de telles maisons. 


24/01/18 - Le Michelin ne communique pas sur sa journée du 5 février – Contacté par Atabula, la direction du Michelin ne souhaite pas communiquer sur le déroulé de sa conférence de presse de lancement du guide France et sur la soirée qui suivra. Aucune information n'a filtré sur la mise en place de l'hommage qui sera fait à Paul Bocuse.


23/01/18 - Trois étoiles et puis s'en va – Publié le 16 novembre 2010, le guide Michelin Chicago consacre à trois étoiles le chef français Laurent Gras, ancien de chez Alain Ducasse, pour son restaurant L 20. Une distinction de courte durée l'intéressé annonce dès le lendemain son départ pour New York en raison d'un différent avec son partenaire.


23/01/18 - Le George V vise les six étoiles – Alors même que le départ du directeur général José Silva est acté (lui qui a tout fait pour faire venir Christian Le Squer et gagner la troisième étoile), le palace de l’avenue George V (Paris) vise ouvertement une sixième étoile. Un record du monde ! Si le Cinq devrait logiquement garder ses trois étoiles, tout comme le George et son étoile, l’Orangerie de David Bizet pourrait en prendre une deuxième dès cette année. L’assiette les vaut sans aucun souci. Avec six étoiles au compteur, le George V frapperait un très grand coup dans l’univers de la gastronomie palacière.


23/01/18 - Le gratin du Michelin présent à la soirée du guide Fooding - Il y a encore quelques mois, il y aurait eu de quoi se frotter les yeux et croire à un quiproquo de haute volée. Mais non, point d’erreur de casting ou d’aiguillage lors de la soirée du guide Fooding le lundi 13 novembre 2017 : Claire Dorland-Clauzel et Michael Ellis, respectivement membre du comité exécutif du groupe Michelin et directeur monde du guide, étaient présents à la soirée du guide Fooding. Sur la scène du Folie’s Pigalle, les danseuses étaient en petite tenue et Vincent Dedienne présentait la soirée en tenue féminine. À la sortie de la soirée, Atabula a demandé à Michael Ellis s’il y aurait également des femmes dénudées à la soirée Michelin du 5 février prochain. Scoop : « Non ! ». Vivement 2019 que l’influence du guide Fooding (dont Michelin a pris 40% du capital en 2017) se fasse sentir.


23/01/18 - L'infographie Atabula sur les inspecteurs du guide Michelin depuis leur professionnalisation en 1933.


22/01/18 - Le personnage de Bibendum ? Imaginé en 1898 par le dessinateur humoristique et affichiste Marius Rossillon dit O'Galop. Destinée au départ à une brasserie (on y voyait un Monsieur boursouflé brandissant une chope de bière avec une légende empruntée au poète latin Horace, Nunc est bibendum, soit "C'est maintenant qu'il faut boire"), la future mascotte du géant du pneu avait attiré l’œil d'André Michelin (source : Rouge de honte, biographie non autorisée de Bibendum / 2011 / éditions Menu Fretin)


22/01/18 - Michelin cadenasse les rumeurs – Il y a quelques semaines, les inévitables premières rumeurs ont commencé à circuler. Certaines personnes relaient des informations glanées auprès du Michelin lui-même, d’autres s’enquièrent du nombre de visites des inspecteurs chez les chefs pour évaluer le potentiel de voir tomber une nouvelle étoile. Pas sourde aux rumeurs, la direction du Michelin aurait déjà rappelé à l’ordre les équipes pour que chacun tienne sa langue. Pour les chefs comme pour les inspecteurs, les derniers jours de janvier sont les plus longs de l’année. 


22/01/18 - En 1958, un inspecteur du guide Michelin vient annoncer sa première étoile à Charles Barrier à Tours (qui en obtiendra trois en 1968) et en profite pour vendre du champagne à l'intéressé. Il sera débarqué l'année suivante.


22/01/18 - L'an dernier, nous avions étudions le fil Twitter du guide Michelin pour esquisser les nouveaux restaurants étoilés et présentions 17 potentiels futurs lauréats. Taux de réussite de nos petits calculs : 76,4%.


22/01/18 - La critique comme les foodies s'accordent à dire que le chef Alexandre Mazzia (restaurant AM - Marseille) vaut deux étoiles au guide Michelin (contre une actuellement). Le tweet du guide Michelin datant du 12 janvier 2018 est-il prémonitoire ? Réponse le 05 février prochain dans l'après-midi.


22/01/18 - L'infographie Atabula des ventes du guide Michelin depuis 2005


22/01/18 "Comme tous les membres de la famille de la gastronomie française, le guide Michelin est aujourd’hui en deuil d’une de ses figures les plus emblématiques. L’expérience de la cuisine de Paul Bocuse dépassait la perfection technique ; elle créait une émotion inoubliable" écrit Michael Ellis, Directeur international des guides Michelin, dans un communiqué de presse envoyé samedi 20 janvier. Les équipes du Bibendum vont désormais travailler sur un hommage à Monsieur Paul lors de la conférence de presse du 5 février.


22/01/18 - Citation du journal Le Monde en 1965, après l'obtention de la troisième étoile pour le restaurant L'Auberge du Pont de Collonges du tout jeune chef Paul Bocuse.


22/01/18 - Ce live ne peut que commencer en rendant hommage au chef Paul Bocuse, mort à l'âge de 91 ans, "pape" de la cuisine française. Son restaurant, l'Auberge du Pont de Collonges, jouissait des trois étoiles Michelin France depuis 1965, soit depuis 53 ans. Un record mondial. Ses obsèques auront lieu vendredi prochain, à 10h30, à la Cathédrale Saint-Jean (Lyon, 5e arr.)


DÉBUT DU LIVE MICHELIN 2018

LE LUNDI 22 JANVIER,

09H00